vendredi 06 décembre , 2019

Le règlement d’emploi des Moniteurs de Sport publié au Journal Officiel

Après l’application au 1er janvier dernier de la réforme statutaire des Personnels de Surveillance, de la promotion de près de 3000 surveillants en deux ans et de la mise en œuvre du protocole d’accord du 14 mai 2013 signé par l’UFAP-UNSa Justice, la réforme se poursuit…

L’arrêté du 22 mai 2014 relatif aux fonctions spécialisées exercées par les Personnels Pénitentiaires vient d’être publié au Journal Officiel du 26 juin 2014, entérinant définitivement pour les moniteurs de sport (MDS) l’avancée significative et historique apportée par la réforme du Personnel de Surveillance signée par l’UFAP-UNSa Justice.

En effet, depuis plus de 20 ans, cette spécialité n’avait pas bénéficié d’une avancée à hauteur de l’investissement de ces Personnels.

Tout comme pour les formateurs, l’UFAP-UNSa Justice est allée au bout de ses engagements, permettant dorénavant à nos collègues moniteurs de sport de prétendre à la promotion sociale tout en gardant leur affectation et leur fonction de spécialiste. Le double effet de cette réforme vise aussi à promouvoir la fonction de MDS indispensable à la bonne gestion de nos détentions.

Par ailleurs, l’habilitation dans la fonction de MDS pénitentiaire reste valide pendant une durée de 5 ans à compter de la cessation des fonctions dans la spécialité.

Néanmoins, pour la 1ère Organisation Syndicale tout n’est pas réglé, nos revendications sur le développement et la réorganisation de cette spécialité doivent maintenant avancer.

Pour l’UFAP-UNSa Justice, cette filière spécialisée doit être structurée par la redéfinition et la mise en place de Coordinateurs Sportifs avec un niveau National et un niveau Régional conséquents, chargés de piloter et de coordonner une véritable politique des activités sportives au sein de l’Administration Pénitentiaire.

Ces fonctions spécialisées doivent à terme être reconnues dans le Corps du Personnel de Commandement, permettant ainsi aux MDS d’avoir une perspective de carrière du CEA au Corps de Commandement.

Afin d’avoir une action efficace et cohérente des activités sportives pénitentiaires, l’UFAP-UNSa Justice propose qu’une cartographie des emplois de MDS et de Coordinateurs Sportifs soit établie afin de calibrer et quantifier les besoins opérationnels en fonction des types d’établissements, du type de population pénale et du nombre de détenus à encadrer.

L’UFAP-UNSa Justice propose aussi de créer un contingent de « MDS placés » auprès de chaque pôle régional de coordination des activités sportives, permettant ainsi de pallier aux carences temporaires dans les établissements.

L’UFAP-UNSa Justice a également souligné l’urgence de mettre à la disposition des MDS les moyens nécessaires pour la mise en œuvre de leur mission. A ce jour, les moyens dérisoires engendrent une souffrance et un découragement pour la filière. Les conditions d’exercice devront être impérativement abordées, bannissant la stricte « notion occupationnelle » de la population pénale.

Pour l’UFAP-UNSa Justice développer une véritable filière spécialisée avec des moyens adaptés, permettra l’amélioration de la situation actuelle de nos Collègues MDS, ainsi qu’une meilleure prise en charge de la population pénale dans le cadre de la pratique sportive, vecteur indispensable à l’apaisement de nos détentions.

L’aspect « Métiers » est en cours de réalisation, la Réforme du Personnel de Commandement doit s’engager, et le chantier « indemnitaire » doit s’ouvrir dans le cadre du prochain triennal.

Sur ce point très important, conformément à ses motions de Congrès, l’UFAP-UNSa Justice travaille d’arrache- pied sur le volet indemnitaire. Pour notre Organisation Syndicale, s’il y a lieu de revaloriser les primes existantes, cela doit aller plus loin. De nouvelles primes dont les Personnels soumis à des contraintes particulières doivent voir le jour !…

Fidèle aux Personnels, à ses valeurs et ses engagements, l’UFAP-UNSa Justice ne se laissera pas griser par les attaques en règles d’autres organisations, plus promptes à dénigrer notre Organisation Syndicale, qu’à se battre pour faire avancer la reconnaissance et les conditions de travail des Personnels Pénitentiaires. Assurément, à critiquer ou seulement brasser du vent, on n’apporte rien!…

Pour l’UFAP-UNSa Justice, le choix est simple : PROPOSER ET AGIR ….

Paris, le 1 juillet 2014

Pour l’UFAP-UNSa Justice Le Secrétaire Général

Jean-François FORGET

Related posts