jeudi 11 juillet , 2019

Légitimité Autorité de l’Officier – CD Val de Reuil

1ère étape

Mardi en 2ème division, un détenu refuse l’intégralité de la fouille, et pour cause puisqu’il était en possession d’un téléphone portable dissimulé sur lui. Sont présents, l’officier et l’adjoint de quartier…

2éme étape

Le détenu est provoquant, insulte les personnels, détenteur d’un téléphone il réunit donc les critères d’une descente de régime.  L’officier lui indique donc sa décision. Bien évidemment celui-ci s’énerve devient virgulant, menaçant….

3ème étape

Il franchit « la ligne », devient extrêmement menaçant, avance sur l’officier, il faut donc l’intervention des surveillants présents pour le maîtriser et couper court à l’incident et surtout éviter probablement un passage à l’acte d’une agression !! L’officier ordonne donc sa mise en prévention. Conduit au quartier disciplinaire, à peine la procédure entamée…

4ème et dernière étape                          

 CREDIBILITE, AUTORITE balayées d’un coup de téléphone !!

En effet le directeur de division, vient d’ordonner la levée de la mise en prévention, ce qui amène tout de même à minima ce détenu en régime contrôlé, ne l’empêchant pas d’avoir le « sourire gagnant »  et de continuer à insulter les agents en sortant !!

Mr le Directeur votre décision est tout simplement  INTOLERABLE ! L’officier dans son pouvoir de décision est plus que désavoué !

Le lendemain, L’UFAP, intervenait auprès de Mme la Directrice afin de dénoncer cette façon de faire. L’officier et l’adjoint sont alors reçus longuement, des excuses  du Directeur de la division accompagnent alors l’entrevue.

L’UFAP, demande et invite Mr le Directeur à présider lui-même la CDD, afin de se « racheter » en prononçant une sanction à la hauteur du désaveux subi par les personnels.

Tract du 19.09.14 incident 2ème levée de mise en prévention.

 

Related posts