LES JEUX DU CIRQUE…

Le jeudi 20 septembre 2018 au RDC du bâtiment B une agression s’est déroulée sur un collègue premier surveillant.

En effet alors qu’il occupait le bureau de l’officier de ce bâtiment, un détenu est subitement rentré dans ce dernier en lui disant qu’un autre de ses codétenus voulait le planter.

Se retrouvant en face dudit détenu il lui intima l’ordre de laisser tomber, mais le voyou quant à lui préféra invectiver notre collègue en lui disant « dégages où tu vas prendre » joignant le geste à la parole l’énergumène assénera plusieurs coups de manche à balai à notre collègue, ce dernier arrivera heureusement à se parer des coups à l’aide d’une chaise qu’il avait préalablement saisi.

L’intervention des collègues du bâtiment malgré leurs sous nombre (mode dégradé) sera nécessaire afin d’évacuer de la coursive l’un des protagonistes, quant à l’agresseur, suite au déclenchement de l’alarme des renforts sont arrivés pour le maîtriser et le conduire au QD.

L’UFAP-UNSa Justice tient à féliciter le sang-froid et le professionnalisme de notre collègue, ainsi que l’intervention des autres agents.

L’UFAP-UNSa Justice réclame le transfert de ce sauvage et tient particulièrement à faire savoir à notre direction qu’elle ne peut plus continuer à occulter ce genre d’énergumène sous le sacro-saint du tout va bien. Ce personnage a suffisamment de CRI à son actif (violences, insultes, menaces, bagarres) pour qu’il soit dégagé.

L’UAP-UNSa Justice dénonce le laxisme mis en place sur des cas similaires qui méritent un traitement autre que « tu fais ton quartier et tu reviens à ton étage tranquille » cette gestion n’est certainement pas celle qu’attendent les personnels qui subissent et font tourner votre boutique en se retrouvant à l’étage face à leur agresseur.

L’UFAP-UNSa Justice apporte tout son soutien à notre collègue, contrairement à certains qui n’ont pas eu le moindre mot lorsqu’ils l’ont croisé « médiocrité ou errance ? » Certes notre collègue n’est pas blessé physiquement mais psychologiquement ça travaille.

Il serait grand temps et ceci pour l’ensemble de vos agents d’être un peu plus à l’écoute et d’agir au lieu de remettre au lendemain ou d’étouffer à jamais ce qu’il se doit d’être fait dans le bon sens, l’équilibre des personnels en dépend. Et avant que le cirque ne reprenne comme en 14 serrez la vis du bon côté, l’autorité des personnels prime sur les idées progressistes.

Le 21/09/2018

Le bureau local UFAP/UNSa Justice

Related posts