dimanche 29 novembre , 2020

LES MAGISTRATS DIRIGENT-ILS LA DIRECTRICE ???

Alors que depuis plus d’un an la première représentante de l’Administration Pénitentiaire met à sac les organisations de service, impose de manière autoritaire les modes dégradés qui détériorent les conditions de vie et de travail des Personnels, elle cède aux chants des sirènes de son corps d’appartenance.

En effet, la Directrice a eu la riche idée de « dégraisser » les ERIS de 16 Agents au profit des PREJ de Poissy et d’Osny à compter du 1er septembre prochain. Cette décision pour le moins ubuesque ne fera qu’accentuer la pénurie de Personnels de ces Equipes d’Interventions.

La nouvelle devise de la DAP : déshabiller Paul pour habiller Jacques.

Une fois de plus, nos responsables de la rue du renard se sont fait rouler dans la farine tant par le Ministère de l’Intérieur que Bercy. N’avaient-ils pas « assuré » à nos hauts technocrates que les forces de l’ordre réaliseraient les missions d’extraction dès lors que la Pénitentiaire n’était pas en mesure de les honorer ?

Les ERIS ne doivent pas pallier les insuffisances des dérives de la DAP.

Les missions des ERIS sont clairement définies dans l’article 39 de l’arrêté du 22 mai 2014. Pour autant, les demandes notamment pour les détenus dont le profil nécessite un renfort, faute de la présence des forces de l’ordre, sont régulièrement refusées par la directrice et ses directeurs interrégionaux.

L’UFAP-UNSa Justice exige le colmatage de cette brèche et réitère avec insistance, le principe d’informer sans délai et par tous moyens l’autorité requérante ainsi que le responsable EJ de la juridiction concernée, de l’impossibilité de réaliser l’extraction judiciaire et que le magistrat requière les forces de police ou de gendarmerie afin d’assumer cette mission.

 Paris le, 20 août 2015

Pour l’UFAP-UNSa Justice

Les Secrétaires Généraux.

150820 – ERIS

 

Related posts