lundi 23 septembre , 2019

« LES MOIS SE SUIVENT… ET MALHEUREUSEMENT SE RESSEMBLENT A CHATEAUDUN !!!»

Ce lundi 19 août 2019, deux de nos collègues ont été attaqués à l’huile bouillante par un « détenu semble-t-il modèle » car classé auxiliaire coiffeur. Il semblerait que celui-ci n’ait pas supporté la frustration engendrée par le fait que sa porte de cellule soit fermée…un comble quand on est en prison !!!

Ce triste personnage a provoqué un tapage en frappant violemment sur sa porte de cellule, nécessitant

l’intervention des surveillants, accompagnés d’un gradé, afin de mettre un terme à ce trouble de la détention. A l’ouverture de la cellule, ce sauvage attendait nos collègues avec une poêle remplie d’huile bouillante qu’il a lancée en direction de nos collègues. Nos deux collègues Naimou et Dimitri ont été brûlés au 2ème degré et se sont vu prescrire respectivement 2 et 3 jours d’ITT.

Cet être sans foi ni loi avait prémédité son geste en faisant bouillir l’huile et provoquant un tapage car celui-ci savait très bien que les agents allaient venir et ouvrir la porte. Si l’objectif de blesser gravement voire de tuer n’est pas établi…que faut-il ?

L’union Régionale UFAP Dijon apporte son indéfectible soutien à nos collègues touchés dans leur chair et dans leur âme.

L’union Régionale UFAP Dijon exige des sanctions exemplaires tant au niveau pénitentiaire que judiciaire.

L’union Régionale UFAP Dijon exige que ce sauvage soit immédiatement déclassé et qu’il retrouve un

régime de détention adapté à son inacceptable comportement.

L’union Régionale UFAP Dijon exige que la Direction locale reprenne en main l’établissement et qu’elle

organise, par exemple, des retex et réunions de synthèse afin de libérer la parole du personnel et que les leçons soient tirées de ces tristes expériences.

Dans un communiqué daté du 15 juillet 2019, rédigé suite à une agression ignoble subie par une de nos

collègues féminines, nous exigions un changement radical de politique locale pour une légitime protection des personnels. Quand nous voyons le motif pour lequel ce voyou intente à l’intégrité physique de nos collègues, nous pouvons penser que ce changement radical a du mal à se mettre en place, ou qu’il n’y a aucune volonté pour ce changement.

Pactiser avec les voyous, histoire d’obtenir la paix sociale a toujours eu comme effet secondaire la mise endanger des Personnels d’exécution placés en première ligne.

L’Union Régionale UFAP de Dijon demande à ce que dorénavant les classements et affectations des détenusrépondent à une procédure évidente qui viserait à intégrer au sein des CPU les Agents de détention ayant uneconnaissance parfaite de la population pénale.

Pour ce faire, les Personnels de détention de Châteaudun et d’ailleurs doivent également avoir accès au

dossier pénal des détenus, par le biais des différents supports (Genesis, Greffe, …), ce qui n’est hélas toujours pasle cas malgré nos multiples demandes restées sans réponse.

Chacun notera l’incohérence de la situation à l’ère du Surveillant Acteur !!??

DIJON, le 20 août 2019

Les Secrétaires Généraux de l’UR UFAP Dijon,

Thierry CORDELETTE – Angui ANASSÉ

Bastien DELAGNEAU – Laurent BOITRAND

et Frédéric CHAUVET, Permanent UFAP

Related posts