Lettre aux Personnels du Corps de Commandement

Bonjour à toutes et à tous,

Les élections professionnelles du 6 décembre sont l’occasion pour certains de propager sans compter des fake news ou flots de promesses…des inepties.

Quand on ne peut pas sauter une barre à deux mètres, on ne la met pas à 12 mètres.

Je me permettrai donc de faire juste un rappel :

Dans un passé proche en 2013, certains ont désinformé l’ensemble des personnels lors de l’obtention de la réforme du Corps d’Encadrement et d’Application. Aujourd’hui c’est le tour du Corps de Commandement.

Les critiques formulées par les auteurs montrent qu’ils ont besoin de l’UFAP-UNSa Justice pour exister…

Si pour certains, des millions d’euros peuvent être comparés à des Réformettes, la vérité en est toute autre. On peut toujours être démagogue et dire qu’on aurait fait mieux, pourtant, ceux qui hurlent aujourd’hui, qu’ont-ils fait en Janvier dernier pour continuer le mouvement ?

Cet écrit rappel donc le travail effectué et les moyens obtenus, tant matériels, structurels, d’emplois, du statutaire, et d’indemnitaire.

  • 2011-2012 l’UFAP-UNSa Justice est la seule Organisation à avoir travaillé et réclamé l’ouverture de négociation sur la réforme statutaire des PS. C’est en 2011 à l’inauguration du Centre Pénitentiaire de REAU Sud Francilien, pour laquelle le président de la république lui-même (N SARKOSY), accorde à l’UFAP-UNSa Justice, une audience à l’Elysée pour convenir d’une discussion sur l’avenir pénitentiaire et d’une nouvelle réforme pour les Personnels de Surveillance.
  • 2013, à la suite de la réforme sur le dialogue social et nos travaux de négociation, celle-ci est paraphée par notre seule Organisation, du fait que les autres OS représentatives estimaient que 21 Millions d’Euros sans le volet indemnitaire étaient trop faible pour le seul Corps d’Encadrement et d’Application. Or depuis, une déferlante de promotion au grade de Brigadier a eu lieu.

Le CDC ne verra pas sa réforme arriver en même temps que celle du CEA, sans revenir en détail sur l’agitation des uns et des autres pour tenter de faire capoter les discussions, l’UFAP UNSa Justice obtient de JJ URVOAS, Garde des Sceaux, le respect du protocole de 2013.

Le 13 mars 2017, le relevé de conclusion visant la réforme du statut des officiers est signé.

La réforme de la Chaîne de Commandement est donc en marche !!!

            – 2018 : A l’issue d’un mouvement particulièrement rude, et après consultation des personnels, l’UFAP-UNSa Justice organisation responsable et respectueuse des agents, signe un relevé de conclusion qui comprend des mesures sécuritaires pour les agents trop souvent victimes d’agressions, et des moyens législatifs, matériels et structurels.

Qui peut affirmer que les personnels dont les officiers n’ont rien obtenu ???

Qui peut nier les avancées obtenues dans ce mouvement, mais aussi sur les cinq dernières années et se projeter dans les cinq qui viennent en terme statutaire et indemnitaire ???

A ce jour, les officiers ont été les oubliés en termes d’indemnitaire, c’est pourquoi l’UFAP-UNSa Justice mettra tout en œuvre pour la revalorisation de l’IFO pour la Chaîne de Commandement, des indemnités et compensations d’astreintes, et l’obtention de compensations liées aux NAS et COP/A.

De plus, une souplesse dans l’organisation de travail dans les grosses structures et l’apport du 3ème officier en petit établissement seront mise en œuvre (inscrit dans le relevé de conclusion).

L’UFAP-UNSa Justice continue inlassablement son travail dans le seul but d’améliorer le quotidien des agents.

Pour conclure, quel que soit votre choix, je suis convaincu de la hauteur de vue que peuvent avoir les personnels de notre administration, de leur capacité à détecter la surenchère, faire fi des promesses et mirages lors des campagnes d’élections professionnelles.

La crédibilité de l’action syndicale devrait animer tout syndicaliste, de quelque syndicat que ce soit, et la démagogie devrait être absente du débat.

Il apparaît malheureusement, et c’est un constat, que la manipulation et le dénigrement semblent n’être que le langage de ceux qui ont noyé les perspectives de carrières des Lieutenants, mais aussi par la CAP du corps de commandement dépendant d’un fonctionnement archaïque duquel les élus de l’UFAP UNSa Justice s’emploient, depuis qu’ils siègent, de rétablir une certaine justice.

La fusion des grilles lieutenant / capitaine, en lieu et place d’un système ou seulement une infime minorité d’agents voire les amis des amis pouvaient accéder au « graal », est symbolique de la justice rétablie.

La politique de l’exagération, vendue parallèlement par les mêmes qui n’ont fait qu’enliser le corps de commandement depuis des décennies, il n’y a qu’à voir où cela nous a mené !

Je veux juste rappeler à toutes et tous que, ma disponibilité, ma proximité, mon engagement, mon investissement pour le Corps que je représente est toujours vivace et n’a d’égal que l’énergie que je mets au quotidien pour faire avancer la cause des officiers.

                  Merci de votre confiance.

                                   L’UFAP-UNSa Justice, l’assurance d’un syndicalisme de progrès.

 Paris, le 4 décembre 2018

Pour l’UFAP UNSa Justice,

Luciano DUCCESCHI

lettre aux personnels CdC VF

Related posts