jeudi 23 mai , 2019

LETTRE OUVERTE À NOTRE CHÈRE DIRECTION

A Vivonne, le 1er avril 2019

De mémoire de surveillant, le CP de Poitiers-Vivonne n’a jamais connu un tel mépris de la part de sa Direction…

Paroles de détenus qui prévalent, demandes d’explications pour un oui ou pour non, paroles blessantes et/ou méprisantes… Et la liste est encore longue…

Ne trouvant pas de mots pour décrire le mal-être dont les agents nous font part au quotidien, le bureau local préfère citer le Général Pierre de Villiers, qui définit le rôle de chef dans son livre Qu’est-ce qu’un Chef :

« Parce qu’il y a un fossé grandissant entre ceux qui dirigent et ceux qui exécutent. Une de ces causes est une forme de déshumanisation qui s’accroît partout. Il faut remettre l’homme et la femme au centre. Quelle est la responsabilité du chef ? C’est le bonheur de l’Homme, pas simplement la performance ou la dimension financière. Il faut revenir à l’origine latine du mot : autoritas, élever vers. Non pas en faisant pression sur ses équipes, mais en faisant jaillir d’elles l’initiative, l’imagination, les solutions. »

Peut-être que pour le bien-être de votre personnel, devriez-vous méditer sur ces mots ?

Comment voulez-vous la pleine adhésion de votre personnel si vous ne le soutenez pas, si vous ne lui faites pas confiance, si vous sanctionnez sans dialogue préalable ?

Ne voyez-vous pas que votre personnel est épuisé, au bord du précipice ?

Est-il utile de vous rappeler que sans votre personnel : surveillants, gradés, administratifs… votre établissement ne pourrait pas fonctionner ?

Certes, vous avez un établissement à faire tourner et des comptes à rendre ; mais pour autant arrêtez de mépriser votre personnel, montrez à votre personnel que vous êtes de son côté…

Car à ce rythme, vous finirez pas vous retrouver seule…

Le bureau local

UFAP-UNSa Justice

Related posts