lundi 14 octobre , 2019

LETTRE OUVERTE MINISTRE DE LA JUSTICE

LETTRE OUVERTE
A
Madame la Ministre de la Justice

Objet : Situation des établissements pénitentiaires de Guadeloupe.

Madame la Ministre,

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Guadeloupe se félicite d’être écoutée et nous l’espérons, entendue par le biais de cette rencontre.

La Guadeloupe est malheureusement l’un des départements les plus violents de France, son taux de criminalité et de violence en atteste. Cette situation a bien évidement des répercussions sur nos Établissements Pénitentiaires de Guadeloupe.

L’UFAP UNSa Justice de Guadeloupe n’a eu de cesse d’alerter l’administration sur la problématique de la surpopulation carcérale à laquelle s’ajoutent des conditions d’hygiène déplorables, l’oisiveté, le vide sidéral en matière d’activités proposées aux détenus.

Le CP de Baie-Mahault qui a été conçu pour 480 détenus héberge actuellement plus de 730 détenus et le quartier de la maison d’arrêt compte 140 matelas au sol pour une surpopulation carcérale de plus de 146%.

La MA de Basse-Terre conçue pour 136 places compte 201 détenus hébergés pour une dizaine de matelas au sol.

Madame la Ministre, notre première question au regard de ce constat brut : Sommes-nous des Pénitentiaires de seconde zone ?… Pourquoi cette administration et ses moyens s’arrêtent aux portes de la Police de l’Air et des Frontières des aéroports parisiens ?!

Aussi, vous n’êtes pas sans savoir l’existence de gangs à l’américaine qui gangrènent le quotidien de nos Établissements. Ces « sociopathes » qui se livrent à des trafics de tous genres et veulent faire régner la terreur en fabriquant des armes artisanales.

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice tient à vous communiquer ces chiffres qui vont vous démontrer l’ampleur du phénomène.

Pour exemple, au CP de Baie-Mahault en 2018, le nombre de violence sur le personnel est de 204 (dont 31 violences physiques) et 2019 : 39 violences dont 4 physiques. Le nombre de violence entre détenus en 2018 est de 224 et en 2019 de 40.

Autant d’éléments qui ne doivent pas permettre une banalisation des phénomènes de violence. Par ailleurs, dire que la structure n’est pas adaptée est un doux euphémisme !

Madame la Ministre, nous réclamons la création d’une UDV en Guadeloupe, ne pas le faire serait un énième affront adressé à la Pénitentiaire Guadeloupéenne. Mais nous souhaitons qu’elle se fasse avec pertinence et en associant les Personnels à ce projet.

Au-delà de l’UDV, l’UFAP UNSa Justice de Guadeloupe réclame l’application de l’Égalité Réelle Outre-Mer dans le domaine pénitentiaire.

Sans faire de vous « la Mère Noel », car nous demeurons pragmatiques à cause des promesses non tenues par vos prédécesseurs ; l’UFAP UNSa Justice de la Guadeloupe ne réclame pas mais exige :

  • –  Le transfert vers l’hexagone des détenus condamnés à de longue peine ;
  • –  Le transfert des détenus agresseurs ;
  • –  Des formations pour le Personnel sur la gestion des conflits ;
  • –  La mise en place totale du relevé de conclusion de janvier 2018 ;
  • –  La dotation en armement des ESP ;
  • –  La création d’un quartier arrivant au CP de Baie-Mahault ;
  • –  La création d’une équipe cynotechnique ;
  • –  La création d’ERIS, d’UHSI, d’UHSA, d’ERIF, le déploiement d’EJ ;
  • –  Des brouilleurs de portables ;
  • –  La démolition/reconstruction de la MA de Basse-terre ;
  • –  La construction du DAC de Baie-Mahault ;
  • –  La construction d’un établissement pour peine ;
  • –  Révision de l’Organigramme de référence des 2 établissements ;
  • –  Effectifs supplémentaires pour le CP de Baie-Mahault, la MA Basse-Terre ainsi que le SPIP de laGuadeloupe ;
  • –  Des élèves en situation de stage découverte…

Madame la Ministre, la Pénitentiaire Guadeloupéenne, est au bord de l’implosion faute d’une politique claire, d’absence de créations de structures dédiées et de moyens alloués. Il ne saurait y avoir une Pénitentiaire à deux vitesses : celle de la Gaule et celle des pays lointains Ultra Marins.

Madame la Ministre, les Personnels mènent à bien leurs tâches régaliennes en dépit des moyens qui chaque jour faute de neige fondent comme « le beurre au soleil ». Regardez-les, aimez-les, respectez-les !

Madame la Ministre ne pratiquez pas le mimétisme des anciens Gardes des Sceaux qui, une fois la porte de l’avion fermée, oublie les nécessaires constructions et évolutions de la Justice Guadeloupéenne.

Jean-Jacques RACAMY

Secrétaire Général UFAP UNSa Justice De Guadeloupe

Related posts