lundi 22 avril , 2019

L’UFAP UNSa Justice appelle à un débrayage aux prises de service dans tous les PREJ

Ce lundi 28 janvier, vers 9h00, a eu lieu une évasion d’un détenu lors d’une extraction par le PREJ de BEZIERS. Ce détenu, multirécidiviste, poursuivi pour des faits d’association de Malfaiteurs, était amené au tribunal de Tarascon sous escorte « 2 » pour une présentation à un juge d’instruction.

Devant le Tribunal, des hommes armés (armes lourdes de type « HK ») et cagoulés ont tendu un guet-apens à l’escorte et tiré sur le véhicule Pénitentiaire pour réussir à faire évader le détenu.

Les Personnels pénitentiaires n’ont rien pu faire face à ce déchainement de violence. Deux agents, dont une surveillante ont été frappés à coups de crosse pour faciliter l’extraction du détenu.

A la vue des circonstances des faits, ils étaient bien informés de son extraction afin de préparer cette évasion.

Au-delà de souhaiter un prompt rétablissement à nos Collègues ayant vécu l’horreur et frôler la mort  et de les féliciter pour leur sang-froid, pour l’UFAP UNSa Justice s’est une nouvelle fois une l’incompréhension et la colère, car depuis la mise en marche forcée des Extractions judiciaires, sans véritable moyen ni règlementation adéquate, la Direction de l’Administration Pénitentiaire fébrile, balbutie et laisse les Personnels dans un flou artistique.

L’UFAP UNSa Justice dénonce depuis plusieurs mois l’inactivité et l’irresponsabilité de l’administration sur ces sujets !… Cela ne peut plus durer !

L’UFAP UNSa Justice appelle l’ensemble des Personnels exerçant des missions extérieures à débrayer  demain mardi et mercredi 29 et 30 janvier, à leur prise de service en solidarité avec les Personnels du PREJ de Béziers et afin d’exiger que l’on avance sur la sécurité des Personnels et notamment sur leur doctrine d’emploi, les niveaux d’extraction, les moyens alloués, la généralisation de la visioconférence pour les audiences palais, ou la délocalisation de ses audiences au sein de nos structures pénitentiaires…

L’UFAP UNSa Justice exige que l’Administration Pénitentiaire et la Chancellerie engage sans délai une salve de réunions pour finaliser et redimensionner la doctrine et les moyens des futures ESP dont les PREJ feront partie, avec la tenue en urgence d’un CT-AP programmé courant février.

Par ailleurs, l’UFAP UNSa Justice exige que l’Administration mette rapidement en place toutes les mesures et les moyens sécuritaires actés dans le relevé de conclusions de janvier 2018.

Nous ne banaliserons jamais la sécurité des Personnels !…

Paris, le 28 janvier 18h30.

Pour l’UFAP UNSa Justice,

le Secrétaire général,

Jean-François Forget

Related posts