vendredi 30 octobre , 2020

L’UFAP UNSa Justice du CP Vendin reçue en audience par le Directeur

Ce lundi 2 mars 2015, à sa demande l’UFAP UNSa Justice du CP était reçue en audience avec Monsieur BAUER Directeur du Centre Pénitentiaire.

Nous avons profité de cette entrevue pour présenter le visage des représentants de l’UFAP UNSA Justice locale et faire, par la même occasion la connaissance du nouveau directeur adjoint fraîchement arrivé sur la maison centrale.

L’UFAP UNSa Justice a soulevé le problème concernant le planning, notamment les départs et retours des congés (départ un mercredi et reprise un dimanche par exemple). Ce déroulé nuit gravement à la possibilité de pouvoir jouir d’une location saisonnière, et par la même occasion de profiter des congés en famille. L’UFAP UNSa Justice a donc soumis une proposition au Directeur afin que le départ se fasse en fin de semaine et une reprise un lundi. Le directeur nous a semblé  attentif et non fermé au débat.

L’UFAP UNSa Justice a également dénoncé lors de cette audience les soucis et les « ratés » de certains postes à coupure. Une coupure digne de ce nom doit en principe avoir une durée comprise entre 7h30 et 9h30 pas plus ! Celles mises en place sur notre CP s’apparentent à des longues journées déguisées ! Ce point restera sans grande réponse de la part de notre direction car nos avis divergent malgré que les textes et le bon sens étaient plus de notre côté…

Néanmoins, nous avons eu l’engagement que dans les jours qui viennent (nous espérons le plus rapidement possible), les agents puissent connaître leurs horaires de début et fin de coupure à minima 15 jours au préalable, ainsi qu’un éclaircissement sur les sigles « C1, C2, C3,  référencés dans « origine » (Origine qui sera au dire du directeur consultable sur tous les ordinateurs des agents).

Concernant les postes de « promenades ou socio »  qui ont une prise de service à 8h30 avec un début des activités, prévu également à 8h30 voire 8h20 (pour le socio et les promenades le week-end), une modification sera apportée , mais le Directeur n’est pas en mesure de nous dire comment et dans quel sens.

S’agissant du poste du PCI qui est tenu durant 13 heures consécutives, nous avons proposé de le coupler avec le poste PEP afin de scinder la journée.

Mais le GROS PROBLEME reste à ce jour le BUDGET !

Comment peut-on espérer faire fonctionner cet établissement sans que l’administration nous donne les moyens financiers et matériels nous permettant de travailler en toute sécurité et dans de bonnes conditions ?

Les mots du directeur sont sans équivoque : « le budget est misérable ! »

Alors que pour l’ouverture de cette maison centrale, une enveloppe spéciale devait nous être allouée, l’établissement se retrouve avec un budget de fonctionnement réduit à peau de chagrin !!!

Mais que font nos têtes pensantes ?

Nous avons demandé des Motorolas à cadran pour un meilleur visu sur les zones d’alarme, dans l’intérêt de la sécurité de tous. Réponse : pas de budget !

Pire encore,  nous apprenons que l’établissement ne dispose toujours  pas de clé de réserve  malgré une demande faite depuis novembre 2014 !!!

Inutile de recenser les nombreux besoins quels qu’ils soient, la réponse sera et restera : il n’y a plus ou presque plus de budget !

L’UFAP UNSa Justice ne restera pas les bras croisés à attendre un miracle tout en priant que tout ce passe bien…

L’UFAP Unsa Justice a d’ores et déjà fait le triste constat des lacunes en matière de sécurité pour le personnel et saura prendre ses responsabilités le moment venu.

Pour le bureau local UFAP UNSA Justice

Medhi MEDOUAKH                Grégory STRZEMPEK

 

 

Related posts