mardi 17 septembre , 2019

MA ALBI: Décadence…

Samedi 26 janvier 2019 à 16 heure 45, lors de la remontée des promenades du A1er, deux détenus se sont battus dans leur cellule (cellule à trois détenus). Résultat : un nez cassé, des points de suture, et une extraction médicale en fin de soirée, découvrant le service de nuit.

Dimanche 10h20 nouvel épisode de rixe sur la cour de promenade résultat un nez cassé. Cela aurait été plus grave sans l’intervention des agents, qui ont su réagir rapidement avec professionnalisme. On pourrait dire que c’est un incident parmi tant d’autres ! Non ! Cela fait suite à une surpopulation pénale, trois détenus en moyenne par cellule avec des profils différents, pour certains des profils psy. L’effectif théorique est de 105 détenus, l’effectif actuel est de 182 détenus pour 47 matelas au sol. Les services administratifs greffe, service parloir, vestiaire, cantine, les services de réinsertion de la MA sont saturés.

Malgré le manque de personnels dû à l’absence de trois agents en longue durée ainsi qu’une récente épidémie de grippe, les services ont tous fonctionné grâce à la solidarité des surveillants, qu’ils soient en service posté, en brigade ou poste fixe. Tous sont rappelés sur les repos. Ce samedi, un orage de colis est tombé sur la cour de promenade du A, Viande, Alcool, etc… trois grands sacs de courses remplis (plus de 70 colis) sans compter ceux retrouvés dans les abords (une quinzaine). Les détenus alcoolisés qui se battent pour des pacotilles. C’est le quotidien de la maison d’arrêt. Des centaines de colis tombent sur les différentes cours de promenade toutes les semaines.

L’UFAP Unsa justice depuis des années dénonce les défaillances et carences de sécurité de l’établissement, Les personnels de l’établissement font tout pour palier à ce manque de sécurité, mais malheureusement cela ne suffit pas. Le grillage est constamment coupé et rafistolé tant bien que mal avec les moyens du bord. Les rondes extérieures deviennent dangereuses, plusieurs fois les agents ont rencontré des individus à l’intérieur de l’enceinte.

L’UFAP Unsa justice réclame que le mur d’enceinte fasse la totalité de l’établissement avec les moyens de sécurité approprié (filet, camera). La DI doit prendre ses responsabilités en désengorgeant et prenant en compte la sécurisation de la Maison d’Arrêt. La structure actuelle n’est pas prévue pour recevoir ces types de profil et surtout en sur nombre.

L’UFAP Unsa justice n’attendra pas qu’un agent soit agressé ou blessé. Cela suffit nous dénonçons depuis longtemps l’insécurité des personnels.

Le bureau local UFAP UNSa Justice ALBI

Related posts