Maison d’Arrêt de Nîmes prison de tous les dangers!

Alors que la maison d’arrêt de Nîmes détient le record régional de la surpopulation pénale avec plus de 70 matelas au sol (dont 10 femmes), vendredi matin, au quartier disciplinaire, un détenu signalé radicalisé a agressé 2 de nos collègues.

C’est à un déchaînement d’une rare violence que nos collègues premier surveillant et  surveillant QD ont dû faire face, une rage aveugle, une pluie de coups qu’ils ont maîtriser avec sang froid et professionnalisme !

Nos collègues, blessés (un à la pommette, le second au genou), font l’objet de 5 jours d’ ITT chacun.

5 jours d’ITT pour leurs blessures physiques, combien pour les répercussions morales sur eux-même et leurs familles ? 

L’UFAP UNSa Justice demande des sanctions exemplaires pour cet individu et un transfert disciplinaire à l’issue de sa peine (maximale!) de quartier disciplinaire.

 Pour l’UFAP UNSa Justice tout ceci aurait pu être évité !

Car l’administration savait que ce détenu passerait à l’acte !!

L’administration connaissait sa dangerosité !!

L’administration avait le pouvoir de protéger son personnel

et d’éviter cette agression !!

En effet de nombreux CRP, observations et autres signalements avaient été transmis à notre hiérarchie. Ce détenu suivi pour fait de radicalisation était arrivé dans nos murs déjà pour agression…

Le printemps commence ainsi… restera-il des agents pour commencer l’été et faire face à une population pénale qui déborde de nos murs et dont certains ont plus leur place en hôpital psy qu’en prison ?

L’UFAP-UNSA justice apporte tout son soutien à HENRI et à STEPHANE, l’UFAP UNSa Justice souligne la bravoure et le professionnalisme dont ils ont fait preuve et les accompagnera, s’ils le souhaitent, dans  leurs démarches.

 le Bureau Local UFAP UNSa Justice de la MA Nîmes

Related posts