Météo Pénitentiaire – L’été sera chaud… La DAP a ses vapeurs

Dans trois mois, la DAP fêtera les deux ans de son emménagement sur le site Olympe de Gouges…, le Millénaire !

L’UFAP UNSa Justice espère vivement que nos dirigeants en profiteront pour dresser le bilan de la réorganisation de la DAP tant voulue par une certaine magistrate…

Disons-le clairement, c’est un échec cuisant !…

Séparer les métiers et les missions c’est une erreur monumentale qui pourrait être fatale !

Le fonctionnement actuel des services de la DAP ne brille que par une chose : son inefficacité !…

La fuite des Personnels disposant d’une expérience du monde pénitentiaire se fait de plus en plus sentir. C’est le brillant résultat de la piètre gestion interne des ressources humaines au Millénaire engagée par Isabelle Gorce et son successeur Philippe Galli.

La destruction de l’État-Major de Sécurité (EMS) est révélatrice d’une situation plus globale. A l’époque de ce choix, l’UFAP UNSa Justice s’était élevée « contre », craignant très fortement ce qui se passe aujourd’hui ! … ; car à l’heure actuelle, tout peut basculer n’importe quand et sous n’importe quel prétexte !

La gestion des profils lourds est inexistante ou, au mieux, irréfléchie !… Pour notre Organisation Syndicale, tout cela est logique : les Personnels affectés à l’administration centrale ne sont plus en mesure de se parler, ni d’échanger.

La Sous-Direction de la Sécurité Pénitentiaire est à la rue !…

La gestion de la détention ne sait plus où elle va et le renseignement pénitentiaire patine :

  • Les terroristes islamistes blindent les QI. Résultat, les places disponibles en QI pour les autres détenus fondent comme neige au soleil ;
  • Certains profils dangereux sont affectés dans la même structure que des complices ayant, par exemple,  pris part activement à leur évasion ;
  • Les affectations sont décidées sans se soucier des équilibres des détentions : l’addition des intérêts particuliers des potentats locaux n’a jamais servi l’intérêt général ;
  • Les infos transmises par le Bureau Central du Renseignement Pénitentiaire (BCRP) sont identiques à celles des directions interrégionales, mais en moins bien… ; la connaissance des détenus sensibles s’amoindrit au fil du temps !
  • Le BCRP n’est plus tourné en priorité vers l’intérieur de nos murs mais devient, petit à petit, un sous-traitant des services spécialisés et ne sera bientôt plus du tout accessible aux Pénitentiaires. Gare aux retombées !

Le mélange des profils et l’occupation à outrance des QI ne laissent rien présager de bon en cette période estivale, notamment dans les maisons centrales qui, en plus, vont devoir se partager les radicalisés. Toutes les structures sont, pour des raisons différentes, quotidiennement sur le fil du rasoir !

La situation est aujourd’hui absurde et dangereuse !

La DAP en arrive à devoir transférer les détenus de profil maison centrale les plus calmes pour récupérer des places et gérer « les mesures d’ordre ». Avec une telle politique, il n’est pas étonnant que les incidents se multiplient… 

L’UFAP UNSa Justice revendique la création de structures, « à taille humaine », spécialisées en fonction des profils de la population pénale et disposant d’un niveau de sécurité adapté à la dangerosité réelle des individus et non à la seule longueur de la peine.

Encore une fois, il ne s’agit pas d’une chasse aux sorcières, mais bel et bien du constat d’un échec cuisant. C’est la raison pour laquelle, l’UFAP UNSa Justice revendique un retour d’urgence à une organisation des services de la DAP plus lisible, plus fonctionnelle et surtout en cohérence avec nos besoins de gestion opérationnelle.

Pour notre Organisation Syndicale, c’est la pérennité de l’institution carcérale qui est en jeu !

Alors, quel signal la DAP veut-elle envoyer aux Personnels et plus généralement, à la société ?!…

Paris, le 2 Août 2017

Pour l’UFAP UNSa Justice,

Le Secrétaire Général,

Jean-François FORGET

030817 – météo pénitentiaire

 

Related posts