mercredi 20 mars , 2019

MISE EN DANGER DES AGENTS PREJ SUR LA DISP DE TOULOUSE!

Mardi 12 mars 2019,

Le 2 novembre 2017, la Cour d’Assises Spéciale de Paris condamnait « Abdelkhader MERAH » à 20 ans de réclusion criminelle, dont les deux tiers assortie de sûreté. Le même jour, à ses côtés, un prévenu moins connu du grand public, « Fettah MALKI »,était condamné à 14 ans de réclusion criminelle assortie d’une peine de sureté des deux tiers, pour avoir fourni un gilet pare balles et un pistolet mitrailleur « UZY » .

Vendredi 8 mars 2019, soit trois jours après la terrible agression de nos collègues à Condé sur Sarthe, un équipage du PREJ de Nimes s’est vu imposé une translation de près de 800 kilomètres de ce detenu « armurier de terroriste » sans les renforts des FSI ou des ERIS.

L’UFAP UNSa Justice s’interroge sur la légéreté dont a fait preuve l’ARPEJ sur la prise en charge de ce detenu escorte 3 qui a été incarcéré à Fleury Mérogis au sein d’une unité dédiée pour personnes radicalisées… Mais le profil du détenu, à priori, on s’en fout … Le plus important c’est d’effectuer la mission coûte que coûte… et la securité des agents on s’en balance !… Nos collègues, lors d’un arrêt sur le trajet dans les locaux de la Gendarmerie Nationale, ont pu constater le décalage qui existe entre nos deux administrations.

En effet, les gendarmes prenant en compte le profil du client qu’il avait dans leurs locaux ont immédiatement fait appel au renfort du PSIG qui est venu sécuriser les locaux durant l’arrêt de nos trois collègues…deux poids deux mesures à croire qu’a l’administration pénitentiaire nous sommes de la chair à canon….

Les évenements récents sur le TGI de TARASCON et les exactions terroristes commis entre notre murs devraient faire prendre à notre Ministère de tutelle les mesures necessaires pour assurer la sécurité de ses agents mais aussi celle de nos concitoyens en évitant de traiter aussi légérement la prise en charge de détenu terroriste. Faudra-t-il attendre un mort pour que vous, messieurs les décideurs arretiez de jouer aux apprentis sorciers ?

Le détenu lui-même a été stupéfait de cette légèreté faisant remarquer à nos collègues que lors de son arrivée par avion à Montpellier il y avait « des gendarmes partout armés jusqu’aux dents » !

L’UFAP UNSa Justice condamne les négligences répétées d’un certain nombre de nos dirigeants dans la préparation des missions

L’UFAP UNSa Justice denonce la mise en danger des Personnels Pénitentiaires lors de certaines extractions judiciaires exercées sous la pression du chiffre et du fric

L’UFAP UNSa Justice dénonçe l’hypocrisie autour de la mise en place du groupe de travail sur la Direction Interrégionale de Toulouse, qui ressemblera à un rassemblement de personnes bien d’accord.

Jusqu’à présent nous avons été dans un dialogue social constructif en vue d’améliorer nos conditions d’exercice mais à priori ceci a été perçu par certain comme un aveu de faiblesse, nous allons redéfinir notre approche… La sécurité, c’est notre métier, nous demandons aux différents représentants de l’Administration Pénitentiaire de l’assumer pleinement !

Les représentants UFAP Unsa-justice des PREJ de Nîmes, Béziers et Albi

Related posts