MISE EN DANGER DES PERSONNELS EN SERVICE DE NUIT – Tract CPF Rennes

Décidément rien ne va plus au CPF, le bien être des personnels est un sentiment qui n’a plus aucun sens, le mépris a pris une large place dans le fonctionnement de notre établissement.

En effet, il est désormais courant maintenant, de voir les nuits se dérouler à 5 au lieu de 6 agents. Dès qu’un agent est absent, il n’est plus remplacé, et ce avec la bénédiction de la Direction et du Chef de Détention.

Ce fonctionnement en mode dégradé est inadmissible et dangereux. Malgré le professionnalisme des agents pour pallier tant bien que mal ce manque de moyen humain sciemment voulu par une direction et un chef de détention qui en ont cure de la santé de leurs personnels, cette situation met en danger les agents qui effectuent une nuit à 5.

  • Qu’en est-il si, en plus, venait à se greffer une hospitalisation ??

La nuit à 3 IMPOSSIBLE et INTOLÉRABLE !!!

  • Qu’arrivera t-il si, en service de nuit, une détenue venait à nouveau à « défoncer » sa porte de cellule et à se retrouver sur la coursive alors que le service de nuit fonctionnera en effectif réduit ?
  • Pire encore, qu’arrivera t-il en cas de coup dur, au risque  de voir une collègue rester sur le carreau ??

A trop vouloir tirer sur la corde, celle-ci risque de casser. Les personnels sont épuisés.

La Direction ainsi que le Chef de Détention devront alors assurer leurs responsabilités.

L’UFAP/UNSa Justice, saura, quant à elle, prendre les siennes.

L’UFAP/UNSa Justice exige le maintien des nuits à 6 agents.

L’UFAP/UNSa Justice restera vigilante sur les conditions de travail des personnels.

L’UFAP/UNSa Justice, une présence au quotidien.

Le Bureau Local UFAP/UNSA justice

Rennes le 26 juillet 2018

 

Related posts