lundi 14 octobre , 2019

NON à la casse des Congés Bonifiés !

Depuis la tenue de la réunion interministérielle de janvier 2019 sous la présidence de M.BRUNETIERE, conseiller outre-mer et Mme LUCIDI, conseillère technique fonction publique, portant sur la réforme des congés bonifiés, l’UFAP UNSa justice a interpellé l’ensemble des députés sur la question de « l’outre-mer ».

Sous notre impulsion, une mission parlementaire a été mise en place pour instruire ce dossier.

A ce titre, l’UFAP UNSa Justice a été reçue à l’Assemblée Nationale le 27 mars 2019. A notre grande surprise, les députés chargés de cette audition parlementaire n’ont aucun projet gouvernemental portant sur la réforme des congés bonifiés en leur possession et cerise sur le gâteau, ils ne savent même pas si cette dernière se fera par voie de décret ou circulaire…

A ce stade, difficile en l’état de dire de quoi demain sera fait !…

Quoiqu’il en soit, l’UFAP UNSa Justice a dans un premier temps dénoncé la méthode employée où une fois de plus, les organisations syndicales et par la même les Personnels sont mis devant le fait accompli, laissant s’installer le doute sur l’avenir des acquis sociaux obtenus sur les congés bonifiés.

INACCEPTABLE !…

Malgré le flou artistique qui règne autour de ce sujet, l’UFAP UNSa Justice a tenu à rappeler aux parlementaires l’attachement des Personnels Pénitentiaires à conserver des droits acquis de longues luttes.

De plus, notre délégation a remis à la mission parlementaire les travaux et préconisations issus du groupe de travail entre les organisations syndicales et la direction de l’administration pénitentiaire ; notamment sur les difficultés portant sur la reconnaissance des Centres d’Intérêts Matériels et Moraux. La délégation a rappelé que la sur-rémunération durant le séjour était un préalable inflexible pour d’éventuelle discussion…. Et qu’elle restait ouverte à un départ plus fréquent si l’on restait sur le même quantum de jour.

Parallèlement, l’UFAP UNSa Justice a exigé qu’un travail soit mené sur les organisations de service, afin que l’excuse soumise par le gouvernement en termes de désorganisation n’ait plus de sens. A ce titre, nous avons réitéré notre revendication visant la création d’un bureau de la gestion propre et indépendant du CIMM dès la stagiairisation des Agents.

D’une manière générale, l’UFAP UNSa Justice n’entamera pas de discussions sur ce dossier, tant que ces dernières ne porteront pas sur des réflexions visant à répondre aux difficultés maintes fois dénoncées ; et non, comme cela a été relaté ici ou là, sur des axes conduisant à des économies budgétaires tels que la fin de la sur-rémunération durant le congé bonifié ou encore la réduction du nombre de jours.

L’UFAP UNSa Justice usera de toute sa force afin que les Personnels bénéficiaires des congés bonifiés ne soient pas les victimes d’annonces faites à l’emporte-pièce par la plus haute autorité de ce pays.

                                                                                                                                  Pantin, le 28 mars 2019

Related posts