vendredi 27 novembre , 2020

Notre passé comme futur ?? – Eysses CD

Le mardi 16 Juin dernier était présent au sein de notre établissement deux personnels de la DI, le chef du département des ressources humaines et des relations sociales accompagné du responsable DIOS (direction interrégionale de l’organisation des services). A l’issue de leur visite s’est tenue en présence des O.S une réunion ayant pour objet une réflexion sur le service  d’Eysses.

Le constat est clair pour la D.I., notre établissement génère trop d’heures supplémentaires dues d’une part au manque de personnel et d’autre part à une mauvaise gestion et à un mauvais déploiement du personnel sur les postes à occuper.

Ce qui est moins clair c’est la réponse au manque de ressource humaine qui nous fait défaut depuis trop longtemps. Les pistes pour solutionner cette problématique seraient à n’en pas douter une refonte totale du service. Si cela était réalisable il y a quelques années, aujourd’hui la donne est quasi impraticable.

Pour être objectif, on nous fait savoir qu’un retour en arrière pourrait être la solution. C’est-à-dire ; qu’un agent de chaque bâtiment partirait aux ateliers (cas de figure qui impose un retour de 4 agents sur les bâtiments A, B et C même le matin) et que la relève avec leurs homologues d’après-midi se ferait sur la zone ateliers. Pour rappel, c’est en partie comme cela que fonctionnaient les ateliers jusqu’en 2007.

A cela, quid de l’équipe 12h ateliers !!! elle serait redéployée autrement. Réinjectées dans le 3/2 avec à la clef des journées dites postes à coupures pour chacun d’entre nous ??? elle verrait son amplitude horaire diminuée ??? sans oublier les week-ends et la prise en charge des parloirs et de la cuisine.

Notre organisation ne rentrera pas dans le jeu que nous propose notre administration.

Nous trouvons facile que le DIOS, malgré sa fonction de spécialiste, informé régulièrement des difficultés rencontrées par le service des agents d’Eysses, vienne balancer la patate chaude aux OS. Évidemment, si fatalement ce nouveau service devait capoter dans les mois à venir ou que sa gestion se fasse en mode dégradée, il serait bien plus simple de rejeter la faute sur les OS.

Pour en terminer la question essentielle qui nous revient ; Qu’a donc à gagner le personnel dans cette phase de changement? Du rêve ? Des hypothétiques repos issus de formules mathématique sans lien avec la réalité du terrain ?.

Le bureau local ufap/unsa justice ne s’est jamais défilé quand il a fallu faire face aux différentes problématiques de notre établissement, mais ça c’était avant que tout ne soit détricoté minutieusement pour nous amener au bord du gouffre. Avons-nous réellement le rôle d’aider l’administration à trouver la solution pour faire « tourner » notre établissements en sous effectif ???  Il est surtout du rôle de l’administration d’affecter le personnel nécessaire…

Ceci étant, le bureau local ufap/unsa justice restera vigilant et veillera particulièrement à ce que l’intérêt des personnels et leurs rythmes de travail ne soient pas une fois de plus mis au pilori. 

Related posts