mercredi 10 juillet , 2019

PARIS LA SANTE « MA PRISON VA CRAQUER »

LES LIMITES DU DESPOTISME DE NOTRE DIRECTION

On pensait avoir touché le fond avec le flot de décisions arbitraires. Affectations des 1ers surveillants ubuesques. Horaires de certain service digne du grand guignol !!!

Fonctionnement en sous-effectif dénoncé depuis le début par l’UFAP UNSa Justice.

Les détenus transférés de FLEURY et de FRESNES placés au QB1 pour transition vers QH6. Pourquoi ne pas les affecter directement au QH6 pour éviter des mouvements inutiles.

C’était sans compter sur les faits d’armes de nos «chers clients»: Feu de cellule au QH6 jeudi après-midi, le détenu remets le couvert dès 5H00 du matin (il n’est toujours pas au QD). Toujours jeudi, un détenu, encore au QH6, se coupe et refuse de réintégrer sa cellule sous prétexte que celle-ci n’a pas été nettoyée !!!

Les cadences infernales ne s’arrêtent pas là, le service de nuit à peine commencé, une extraction médicale à 19h00 pour remplacer l’équipe des transferts avec « le pyromane » du QH6 et dans la foulée une autre extraction vers 21h30 pour relever les collègues des Batignolles aux urgences de Bichat. Tout ça avec un service de 16 agents !!!

Les ELAC finissent à 23H00 de façon récurrente tant ils sont sollicités.

Refus de réintégrer après les promenades, au motif que la «gamelle» n’est pas assez consistante. Samedi bagarre dans une cours de promenade, malheureusement … cette liste est loin d’être exhaustive.

Les TV non payées qui fonctionnent encore le 14 du mois, les déjà trop nombreuses agressions et tentatives d’agressions sur les personnels à cause des cantines et de leur gestion.

Mais qui gère quoi !!!!!!

Des fins de service  systématiquement tardives et qui ne sont  toujours pas régularisées.

A peine ouvert, tous les services sont en souffrance sans oublier le service formation et les agents administratifs.

Un nombre important d’arrêts maladie liés à la politique tyrannique de notre direction.

Madame la Directrice avez-vous déjà entendu parler des risques psychosociaux?

Des gradés au bout du rouleau, obligés de gérer des situations dignes d’un roman de science-fiction en service de nuit comme de jour. Des gradés à peine mutés qui partent vers une autre affectation ou qui annulent leur venue au dernier moment prenant connaissance de la situation du sous-marin ! Quel exploit d’avoir réussi à démotiver des personnels jusque-là dévoués à leur établissement en si peu de temps.

Quel est donc le message? Débrouillez-vous avec ce que vous avez !!!

Nous allons droit vers une future catastrophe !

“La pire tyrannie est celle de l’habitude.” Publius Syrus

L‘UFAP UNSa Justice ne cautionnera pas l’insécurité du personnel et encore moins l’incompétence de notre direction.

Chacun assumera ses responsabilités, l’UFAP UNSa Justice met en garde notre direction…

L’UFAP UNSA JUSTICE une présence quotidienne à vos côtés!

Paris, le 19.02.2019

Le bureau Local PARIS LA SANTE

Related posts