Pénibilité du Métier…

Un Surveillant du CP Rennes Vezin, un autre du Centre de Détention de Oermingen ont décidé de nous quitter, pour l’un vendredi dernier et pour l’autre ce lundi.

L’UFAP-UNSa Justice adresse ses plus sincères condoléances aux familles et à tous ceux qui ont connu de près ou de loin nos deux Camarades.

Une Collègue de Laval a elle aussi tenté de mettre fin à ses jours. Aujourd’hui hospitalisée, l’UFAP-UNSa Justice lui souhaite un prompt rétablissement et l’assure de son soutien.

Même si on ne peut pas associer directement la cause du suicide au métier, il n’en demeure pas moins que nous exerçons une profession difficile où la violence règne chaque jour et où la pression est quasi permanente.

Les rythmes de travail sont de plus en plus épuisants, les heures supplémentaires de plus en plus nombreuses, les repos supprimés et pour finir les Personnels se sentent de plus en plus abandonnés par leur Direction.

Tous les ingrédients sont réunis pour que les Pénitentiaires de tous corps et grades arrivent à un point de non-retour et craquent d’où un burn-out.

Pire, les contrôles médicaux à outrance ordonnés par des Directions sans scrupule, avec le concours de medica-europe, sont scandaleux et inadmissibles.

Alors oui, quand on rajoute à ce cocktail explosif, des problèmes de la vie courante, cela devient une bombe à retardement qui laisse des traces indélébiles à la famille directe et aux Collègues.

Face à ce constat, l’UFAP-UNSa Justice rappelle de nouveau que les risques psycho-sociaux ne sont pas des risques comme les autres et ne doivent pas être considérés comme une fatalité.

L’UFAP-UNSa Justice réaffirme le renforcement de moyens de prévention et une réelle prise en charge des Collègues en souffrance.

L’UFAP-UNSa Justice exige que le suivi psychologique des familles des Agents ayant mis fin à leur jour soit systématique et pris en charge par l’Etat.

L’UFAP-UNSa Justice demande que le Bureau d’Action Sociale (RH6) soit dynamisé en le déconcentrant au niveau régional et local, et soit lié à un recrutement suffisant d’acteurs notamment des assistants de service social.

L’UFAP-UNSa Justice insiste sur la mise en place du Plan d’Action Ministériel voté en CHSTCM à l’unanimité le plus rapidement et plus concrètement possible.

 

140910 -Pénibilité du métier

Related posts