mercredi 10 juillet , 2019

Pour l’UFAP UNSa Justice le retour des djihadistes de Syrie, c’est NON !…

130 de plus ? 130 qui en annoncent d’autres ? Pour l’UFAP UNSa Justice, c’est NON !…

Les ministres de la Justice et de l’Intérieur ont annoncé le retour de 130 jihadistes de la zone syrienne vers la France. Ces « individus » feront l’objet d’une procédure judiciaire…et donc d’une incarcération !… Trop, c’est trop !

Pour notre Organisation Syndicale, le système carcéral français et les établissements pénitentiaires sont déjà surpeuplés et ne sont pas adaptés à ces profils extrêmement dangereux !… Il ne s’agit pas là de détenus lambda, de détenus radicalisés ou de terroristes islamistes, non !… Le vocabulaire est important : ce sont des soldats disposant d’une expérience éprouvée du combat, de l’usage des armes ou des explosifs… D’autres sont également des experts dans la propagande de l’idéologie islamiste, voire en armes chimiques…

L’administration pénitentiaire a déjà connu le phénomène avec les « revenants » de l’ex-Yougoslavie, d’Afghanistan ou d’Irak. Comme d’habitude, aucune leçon n’en a été tirée… La DAP connait déjà les risques que représentent ces futurs pensionnaires, sans compter les « 670 » encore sur zone qui seront rapatriés à terme… Ils vont venir grossir les rangs des « 2000 » déjà radicalisés et des « 500 » déjà terroristes !… Leur aura et leur parcours rendent le risque de contagion encore plus grand !…

Le principe de précaution s’impose : demain, des loups rentreront dans la bergerie et la moindre faille sera exploitée !…

Les Personnels pénitentiaires ont déjà vécu trop de drames avec ce type de détenus… Ce ne sont ni les QER, ni les QPR qui assureront la sécurité des Personnels avec ce type de détenus, nous le savons tous !…  Il suffit de s’attarder sur le virage quantitatif que prend le QER de Vendin le Vieil pour comprendre rapidement que cette nouvelle orientation se fait au détriment de la sécurité des agents locaux…

Il est hors de question de prendre le moindre risque inconsidéré !…

Par conséquent, l’UFAP UNSa Justice est opposé à ces retours et demande une véritable formation de TOUS les Personnels sur l’islam radical et son historique en milieu carcéral.

Actées dans le relevé de conclusions de janvier, l’UFAP UNSa Justice exige des discussions rapides sur la création de structures adaptées en termes de sécurité et de prises en charge pour ces détenus !… Pour rappel, l’étanchéité totale doit être le préalable retenue !…

Le volet sécuritaire du relevé de conclusions de janvier 2018 doit s’appliquer sans délai !…

L’UFAP UNSa Justice, notre sécurité, c’est notre préoccupation quotidienne !…

Paris, le 21 février 2019.

Pour l’UFAP UNSa Justice,

Le Secrétaire général,

Jean-François Forget

Related posts