jeudi 23 mai , 2019

PRISON = LIEU DE SOIN OU LIEU DE PRIVATION DE LIBERTE ?

PAS MOINS DE 4 SURVEILLANTS BLESSES !!!

La place des détenus atteints de troubles psychiatriques doit être en établissement spécialisé et non en prison !!!

Jeudi 21 mars 2019, en fin d’après-midi, 4 agents ont été blessés en essayant de maîtriser un « voyou » qui ne souhaitait pas intégrer la CPROU. Bien décidé à ne pas se laisser faire, ce dernier sauta au cou de l’officier et asséna plusieurs coups de pied aux agents venus en renfort. Toutefois, grâce à leur professionnalisme, le « voyou » a été maitrisé et mis en CPROU par mesure de sécurité.

Ce dernier, instable et présentant des troubles psychologiques importants, a été hospitalisé d’office en psychiatrie en début de soirée.

Le Bureau Local UFAP-UNSa Justiceapporte son soutien indéfectible à Nos Collègues blessés ! Et rappelle que nous les accompagnerons dans toutes les démarches qu’elles soient administratives ou pénales.

Le Bureau Local UFAP-UNSa JusticeEXIGE que tous les agents soient officiellement félicités à la hauteur de leurs actes !

La CPROU est-elle la bonne solution ???

Si la prison permet l’accès aux soins médicaux et psychiatriques, le détenu n’est pas contraint de suivre son traitement lors de sa détention, ce qui n’est pas le cas en psychiatrie. Il ne faudrait  pas non plus dissimuler les faits criminels de ces « voyous » et se cacher derrière l’étiquette des troubles psychiatriques pour les minimiser.

Notre administration gagnerait certainement à trouver des solutions complémentaires au réflexe « CPROU » en dirigeant ces détenus vers des établissements spécialisés !!!

Le Bureau Local UFAP-UNSa Justice met en garde la Direction Locale sur la gestion des « CPROU » et les exhorte à prendre des décisions qui vont dans le sens du travail de ses agents.

L’UFAP-UNSa Justice, une Présence Quotidienne …

A Luynes, le 21 Mars 2019. 

Le Bureau LocalUFAP-UNSa Justice.

Related posts