Prisons de la Nouvelle Aquitaine : une nouvelle flambée de violence

Le 28 septembre 2018

Les agressions de plus en plus violentes contre les pénitentiaires démontrent à quel point la situation se dégrade en Nouvelle Aquitaine. Personne n’est épargné par la dégradation des conditions de travail.

Il ne se passe plus une semaine sans que l’un des nôtres prenne des coups. Il faut que cela cesse, chaque prise de service par un collègue ne doit pas finir en ITT et en souffrance.

La volonté des personnels est de retrouver du sens à leur travail et surtout avoir des moyens physiques et matériels pour remplir leurs missions régaliennes.

Les pénitentiaires investis ne se retrouvent plus dans leur conception de leur métier.

Pour faire face aux violences perpétrées par certains détenus, il est venu le temps de l’action. Il en va de la responsabilité des directions d’enrayer cet engrenage et de rétablir l’autorité par des actes forts et un soutien indéfectible envers leur personnel.

La violence omniprésente mérite une gestion humaine des détentions c’est pourquoi il nous faut du personnel, l’arrêt immédiat des modes dégradés et de la surpopulation carcérale.

Le sentiment d’insécurité doit cesser dans nos prisons, il faut remettre des limites à la population pénale car la montée des violences physiques reflète toujours le sentiment d’impunité des agresseurs.

A toutes nos collègues victimes de la violence des voyous, dans de telles circonstances, les mots ne sont rien mais sachez que la colère nous habite et qu’on ne baissera jamais les bras face à la violence montante et l’injustice.

Amour propre blessé, visage meurtri, corps contusionné, âme abîmée, famille angoissée !

Il faut l’avoir vécu pour savoir qu’il faut une force morale hors du commun pour surmonter un tel événement.

Carine, Guetty, Christophe, Aymerick, Laurent et à tous nos collègues victimes de violence dans l’exercice de leur fonction, sachez que nous sommes de tout cœur avec vous et nous vous souhaitons un prompt rétablissement.

Les Secrétaires Généraux de l’UR de Bordeaux UFAP

Didier BAIGNEUX, Thierry NOT,
Nicolas MATTIONI, Samuel BERHAULT

Related posts