PROFESSIONNELS !!! – Orvault EPM

Hier, un jeune apprenti salafiste nous à fait une nouvelle fois démonstration de ses talents congénitaux d’acteur.

Comme à son habitude ce multi récidiviste obstruait sa fenêtre, la surveillante en charge de l’unité voulant faire appliquer la note de service en date du 20/11/2015 s’est évertuée à lui faire enlever sa couverture. A midi premier incident et premier grand guignolesque, en présence du premier surveillant LA couverture lui est retiré, « en pleurs » le néo barbu nous jure ne pas vouloir se suicider car le coran lui interdit mais exige qu’on lui laisse faire ce qu’il veut !?!

Le détenu est placé comme le précise la note en MBO. Il récidive avec la seconde couverture. Notre collègue essaie toute l’après midi de lui faire enlever sa couverture … en vain. SOS et la direction de permanence sont mandés le midi… Le jeune refuse le traitement et ….vers 19h …la directrice adjointe arrive pour faire son office.

Bien que les agents présents et le premier surveillant aient prévenu la directrice de permanence de l’entêtement et des talents d’acteur de ce multi récidiviste, celle ci lève la MBO et nous charge de lui rendre sa télécommande !!!

UBUESQUE ET INTOLERABLE !!! 

Non contente de nous « pondre » des notes de services inapplicables en l’état, notre direction désavoue le travail rigoureux des agents qui s’échinent à faire consciencieusement leur travail !!!

L’UFAP Unsa Justice dénonce la note n°ns 198-2015 qui ne tient pas compte de la spécificité de notre établissement, des jeunes en détresse, et de l’iniquité qu’elle entraînera.

L’UFAP Unsa Justice dénonce l’ occupationnel qui devient la règle de l’établissement au mépris de la sécurité des personnes en ces temps de Vigipirate rouge alpha.

L’UFAP Unsa Justice dénonce le maintien jusqu’au-boutiste des activités et la mise en place du travail en mode dégradé.

Mesdames les directrices, depuis près de huit ans les agents pénitentiaires de l’ EPM ne cessent de démontrer leur implication et leur professionnalisme dans l’exécution de leur travail. 

Aujourd’hui la PJJ et l’Éducation Nationale sont devenus décisionnaires dans le fonctionnement de l’ EPM en dépit de notre sécurité.  

La concertation et le dialogue ont toujours fait partie de L’ADN de l’EPM, par ces décisions vous méprisez et désavouez vos agents ! 

Mesdames, en ces temps d’ ETAT D URGENCE faut-il que nous en arrivions à des actions plus musclées pour retrouver ce qui faisait la force de l’ EPM d’Orvault et que vous ré-écoutiez les professionnels qui font votre établissement ?! 

Le bureau local UFAP Unsa Justice

Related posts