vendredi 18 septembre , 2020

PROPOSITIONS DE SERVICE DES FUTURS UVF

 Tarascon, le 23 mai 2019.

Mercredi 22 mai 2019, toutes les organisations syndicales représentatives ont été conviées à une réunion de notre Direction sur le futur service des agents affectés aux UVF.

Depuis le début du projet de cette nouvelle mission, l’UFAP-UNSa Justice a toujours proposé la constitution d’une brigade de 5 agents pour le bon fonctionnement de ce service. Pour notre organisation, les agents doivent travailler en binôme à des fins sécuritaires.

Les derniers évènements de CONDE-SUR-SARTHE, ont renforcé nos convictions.

Notre administration a su trouver la modique somme de plus de 2 millions d’euros pour construire 4 appartements et 4 salons afin d’améliorer le confort de nos chers détenus. Cette même administration, soucieuse de faire des économies, souhaite lésiner sur la sécurité et les personnels en affectant uniquement 3 surveillants pour faire tourner ce service 7 jours sur 7.

Pour l’UFAP-UNSa Justice, la sécurité des personnels doit rester une priorité et la vie des agents n’a pas de prix.

En 2018, suite aux graves incidents qui se sont déroulés sur notre établissement, l’UFAP-UNSa justice a démontré à notre administration que l’organigramme était devenu obsolète. La sécurité n’est plus assurée en raisons des nouveaux profils de détenus que nous avons à notre charge. 

Lors de ces évènements, nous avions eu des promesses d’abondance de notre organigramme, afin de constituer une vrai brigade QI/QD, projet qui à ce jour est tombé dans l’oubli

Depuis l’ouverture en CAP des 3 postes UVF et la prise de fonction de ces agents qui ont été intégrés aux équipes, les nuits sont toujours en sous effectifs et les postes restent découverts alors que ce nouveau service n’est pas encore en fonctionnement.

A la présentation de ce futur service, nous apprenons que des brigades déjà débordées, vont devoir renforcer l’équipe UVF.

Dans un premier projet, utopiste, c’est le renfort QI/QD qui doit exécuter cette tâche. Faut-il encore que ce renfort soit prévu sur le service et qu’il n’ait pas de mission au QI/QD. Ce poste est souvent découvert par manque d’effectif.

Dans le deuxième projet, une partie de la brigade infra doit être couplée avec l’équipe UVF. L’UFAP-UNSa Justice s’interroge sur cette possibilité sachant que cette brigade n’arrive plus à assumer toutes les extractions médicales, le comblement des postes vacants aux étages et les contrôles sécuritaires.

Notre administration, dans une gestion archaïque, tente de mettre en place de nouvelles missions et de nouveaux services sans les moyens humains et matériels. Les personnels doivent absorber ces surcharges supplémentaires de travail sans les primes qu’obtiennent les chefs d’établissements pour la mise en place de ces projets.

L’UFAP-UNSa Justice a donc refusé en BLOC ces deux propositions.

L’UFAP-UNSa Justice trouve déplorable et condamne cette gestion d’économie sur le dos des personnels, qui met en péril la sécurité de l’établissement et l’intégrité des agents.

L’UFAP-UNSa Justice exige le comblement des postes vacants et l’apport dans l’organigramme de 2 agents supplémentaires pour le fonctionnement de l’UVF.

L’UFAP-UNSa Justice, une présence quotidienne…

Le bureau local UFAP-UNSa Justice

Related posts