jeudi 23 mai , 2019

QUAND LA HAINE ET L’AMATEURISME DÉVOILENT CERTAINES VÉRITÉS…

Dans un tract local intitulé « j’ai envie de vomir » le secrétaire adjoint FO s’attaque une fois de plus à l’organisation que nous avons l’honneur de représenter. Les élections étant passées, nous pensions naïvement qu’il mettrait un terme à ces bassesses pour se concentrer sérieusement sur les difficultés rencontrées par les personnels et essayer d’y apporter une réponse syndicale d’autant plus que localement son organisation n’a rien entrepris depuis des années.
Les « guerres syndicales » étant stériles dans la lutte contre la dégradation de nos conditions de travail et pour leurs améliorations, nous nous sommes interrogés sur la nécessité de répondre à cette nouvelle provocation. Après réflexion, nous avons jugé que la teneur de ses propos haineux, agrémenté de mauvais jeux de mots, méritent tout de même que l’on s’y attarde brièvement.
Tout d’abord, ne vous en déplaise, notre compte rendu relatif au dernier comité technique concernent tous les points sur lesquels nous nous sommes prononcés, et en aucun cas nous n’avons à rendre compte de vos éventuelles interventions ou positionnement. Mais puisqu’apparemment le secrétaire adjoint fo tient particulièrement à ce qu’on évoque sa présence, il est vrai que nous aurions pu faire état de son intervention concernant la « journée continue » qui visiblement lui tient très à cœur. Profitons-donc de cette occasion pour rectifier le tir…
L’éventuelle mise en place d’une journée continue aux ateliers étant actée à l’ordre du jour, les débats sur ce sujet ont vite démontré une impossibilité de concrétiser ce projet en l’état actuel au regard des difficultés d’organisation et des surcharges de travail qui incomberaient aux agents d’étage. Pourtant et malgré ces contraintes évidentes, le secrétaire adjoint fo a insisté à plusieurs reprises pour que cette nouvelle organisation de travail soit validée en l’état. Le plus important pour lui était que cela soit acté afin qu’il y ait rapidement une création de poste fixe « atelier ». Il n’a d’ailleurs pas hésité à de nombreuses reprises à faire part, ouvertement, au président du CT (le directeur), de son souhait de se voir attribuer ce poste en vantant vivement sa candidature (ça aussi c’est enregistré !) au détriment des agents qui pour certains attendent ou se sont vus injustement retirer un poste fixe. Quelle classe !
Monsieur le secrétaire adjoint fo, l’UFAP UNSa Justice vous rappelle que le Comité technique n’est pas un entretien d’embauche mais une instance sérieuse pour défendre les conditions de travail de l’ensemble des Personnels.
Comment après un tel comportement peut-il salir les membres de l’UFAP UNSa Justice, en les considérant comme des postes fixes « opportunistes » qui ont oubliés la détention depuis très longtemps ? Lui qui n’hésite pas à se servir de sa fonction syndicale pour tenter d’obtenir un poste fixe ! Les agents apprécieront…
Avant de vouloir donner des leçons de syndicalisme en dénonçant de fausses informations, car pour votre gouverne, aucun membre du bureau local UFAP UNSa Justice n’ait accroché au T.A de 1er surveillants (et quand bien même !) il convient d’être irréprochable dans la manière d’exercer un mandat syndical !
Le bureau UFAP UNSa Justice

Related posts