QUE CHACUN CHOISISSE SON CAMP…

L’UFAP UNSa Justice dénonce les attaques dont les Personnels pénitentiaires sont les cibles désignées !…

Une méthode vicieuse et particulièrement redoutable !…

Tout a commencé par la signature du relevé de conclusions le 29 janvier dernier. Derrière l’engagement de la ministre de la Justice se cache, pour certains, une opération de destruction du  libre exercice du syndicalisme dans l’administration pénitentiaire et, pour d’autres, une entreprise de démolition de toute possibilité d’évolution pour les Personnels Pénitentiaires !…

Avec la complicité active de leur cabinet noir, les directeurs avancent à couvert. La désinformation, le dénigrement et une « minorité gesticulante » orchestrée par des mercenaires aux ordres ne poursuivent qu’un seul et unique but :

Ne pas appliquer le contenu d’un relevé de conclusions dont les directeurs ne veulent pas !…

Les gardiens de la révolution en 48H et les tenants de l’immobilisme carcéral et de la bien-pensance pénitentiaire ont un objectif commun : museler vos revendications et empêcher toutes avancées pour mieux vous contrôler !…

Le relevé de conclusions n’est pas une fin en soi, c’est un outil pour l’avenir de TOUS et le quotidien de chacun. Son contenu a été imposé par les Personnels pénitentiaires aux chefs d’établissement : c’est une véritable feuille de route pour un avenir meilleur que vous avez imposé à l’administration !

La sécurité de l’ensemble des Personnels, l’article 57, la réorganisation de la détention et des mouvements, la prise en charge des TIS, des radicalisés ou des détenus souffrant de troubles psychiatriques, la restauration de l’autorité des Personnels et la reconnaissance de nos métiers n’arrangent pas l’administration pénitentiaire et encore moins leurs premiers représentants, les chefs d’établissement.

L’UFAP UNSa Justice défend les intérêts de tous les Personnels à l’exception des DSP…

 Tout le monde ne peut pas en dire autant !…

La fin des services en mode dégradé, le repositionnement des Agents comme des acteurs incontournables, l’instauration du travail en équipe pour lutter contre l’isolement et le rétablissement l’autorité des Personnels imposent aux chefs d’établissement une conception managériale allant à l’encontre de la logique du libéralisme carcéral. L’UFAP UNSa Justice leur rappelle qu’ils sont les garants de l’ordre et de la discipline dans les détentions !…

Pour l’UFAP UNSa Justice, la seule option qui s’impose à nos dirigeants pour lutter contre la mise en danger permanente des Personnels est l’application du relevé de conclusions de janvier 2018 !…

 

Á CHACUN SES PRIORITES !…

Paris, le 27 Juin 2018

Pour l’UFAP UNSa Justice,

Le Secrétaire Général,

Jean-François FORGET

Que chacun choisisse son camp

Related posts