mardi 16 juillet , 2019

Radicalisation dans les prisons : L’UFAP-UNSa Justice saisit les parlementaires et réaffirme ses réflexions

Notre pays a connu sur son sol, la semaine dernière, deux attentats perpétrés par des terroristes. L’UFAP- UNSa Justice condamne fermement ces actes et ne peut rester insensible devant ces évènements tragiques.

Le Premier Ministre, dans son allocution le 13 janvier 2015 devant l’Assemblée Nationale a annoncé plusieurs mesures et plus particulièrement la création de quartiers spécifiques pour les détenus reconnus islamistes radicaux et leur isolement dans les établissements pénitentiaires.

L’UFAP-UNSa Justice ne rentrera pas dans une polémique stérile quant aux prises de positions des uns et des autres mais demande qu’enfin l’avis des professionnels du terrain et plus particulièrement les avis des Organisations Syndicales représentatives soient enfin entendus et non écoutés.

L’UFAP-UNSa Justice, déjà à l’automne 1992, avait demandé la création de structures ou d’établissements spécialisés. Il s’est écoulé plus de deux décennies pour qu’enfin la réflexion sur un service public pénitentiaire sûr, moderne et rénové sorte des tiroirs de la Chancellerie et de la DAP.

Durant le premier semestre 2010, l’UFAP-UNSa Justice a engagé des travaux nourrissant cette réflexion en y associant « les métiers pénitentiaires de demain » face à une population pénale en pleine « mutation ».

Déjà, à l’époque le prosélytisme religieux était abordé même si ce phénomène n’était pas au stade que l’on connait aujourd’hui. Cette plaquette avait été remise à tous les politiques quel que soit leur appartenance. Nous avons regretté le peu de réponses et l’intérêt porté à ce dossier ; il est vrai qu’à cette période ils étaient plus enclins à mettre en application la disparition des fouilles systématiques envers les détenus qui aujourd’hui mettent en danger les prisons, ses Personnels et la NATION toute entière.

En juin 2014, l’UFAP-UNSa Justice remettait en main propre aux services de la Direction de l’Administration Pénitentiaire une réflexion sur le développement et l’amélioration du renseignement pénitentiaire en lien direct avec les services du Ministère de l’Intérieur. A ce jour, cette réflexion est restée une nouvelle fois lettre morte.

Suite aux derniers évènements tragiques, les propos du Premier Ministre ne font que conforter notre conviction à changer en profondeur l’institution pénitentiaire et son fonctionnement. Même s’il y a urgence à réformer la prison, cela ne doit pas se faire dans la précipitation et encore moins prendre pour exemple le Centre Pénitentiaire de Fresnes comme une solution miracle car cette référence d’isolement est à mille lieues de ce que préconise Monsieur Manuel VALLS, Premier Ministre.

Effectivement, pour l’UFAP-UNSa Justice, la question des structures ou établissements spécialisés face aux différents types de dangerosité est une évidence. Il faut sans tarder repérer les détenus islamistes radicaux, les extraire de la détention classique et les isoler totalement. Bien évidemment, cela nécessite l’apport des moyens nécessaires, sans oublier la formation initiale et continue devant intégrer un module visant à former les Personnels de tous corps et grades sur le phénomène prosélyte.

L’UFAP-UNSa Justice interpelle l’ensemble des parlementaires et responsables politiques afin de prendre les dispositions les plus adaptées.

150114 – Radicalisation dans les prisons

Paris le, 14 janvier 2015

Pour l’UFAP-UNSa Justice

Le Secrétaire Général,

Jean-François FORGET.

Related posts