mardi 09 juillet , 2019

(RE)Merci Chérie ! (ACTE 2)

Souvenez-vous en septembre dernier, un agent avait défrayé la chronique en arrivant hors CAP au CP Lille Sequedin avec le statut de « mari de », ce qui avait d’ailleurs valu un tract intitulé « Merci Chérie ! ».

En effet la nouvelle directrice du CP Annoeullin en quête de crédibilité sur son établissement d’affectation avait déposé son bagage encombrant chez son voisin Lillois. Ayant bien conscience des capacités et du caractère capricieux de son conjoint, celle-ci s’était tout de même assurée qu’un poste sur mesure lui soit attribué ! En bonne copine, la reine mère du CP Lille Sequedin lui avait créé un poste sur mesure… ADJOINT DU SURVEILLANT TRAVAUX.
UN POSTE TELLEMENT NÉCESSAIRE SUR NOTRE STRUCTURE, QU’IL N’EST PAS RENOUVELLÉ SUITE AU DÉPART DU « MARI DE » !


Le seul problème, c’est que ce grand gâté quinquagénaire n’a pas l’habitude de recevoir des ordres et surtout ne les supporte pas. Compliqué lorsqu’on est affecté dans un service supervisé par un Officier et un Major. Après plusieurs situations électriques, ce qui devait arriver arriva… « Mister directrice » a fini par craquer et dégoupiller en refusant un ordre, allant jusqu’ à pousser violement son supérieur en hurlant !!!


Ce joli spectacle s’étant passé à l’étage administratif de la reine mère, celle-ci n’eut d’autre choix que de recevoir en audience l’époux turbulent. Non pas pour engager une procédure disciplinaire comme c’est si souvent le cas pour un surveillant « ordinaire », mais pour lui arranger une porte de sortie… Car le traitement pour les gens de la cour est bien diffèrent que celui réservé aux gueux ! Le « mari de » a été promu adjoint au délégué à la sécurité de la DI ! Rien que ça !!! ELLE EST PAS BELLE LA VIE ? Quelle sera la prochaine étape ? Le tableau d’avancement de premier surveillant avec affectation au choix ?

C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches.Victor Hugo


Cette triste situation est une nouvelle preuve de toute la considération qu’ont les dirigeants de l’administration pénitentiaire envers ceux qu’ils considèrent comme « le petit personnel ».

L’UFAP UNSa Justice suggère à la directrice du CP Lille de déployer autant d’énergie pour améliorer les conditions de travail de son personnel qu’elle le fait pour agrémenter le quotidien de ses copines !

Quoi qu’il en soit les agents qui eux triment tous les jours sur la coursive sauront apprécier ce nouveau traitement de faveur qui accentuera encore un peu plus leur dégout et leur écœurement à l’égard de nos dirigeants.


Pour le bureau local Benoît NORMAND David DEHAESE

Related posts