mardi 17 septembre , 2019

Réunion QER ALARMANTE

Aujourd’hui s’est tenue à la place du CTS prévu et annulé (faute de bulletin officiel relatif aux CTS pas encore validé par la DAP) une réunion sur l’avenir et les changements futurs de la gestion des QER.

La gestion du premier QER est passé, le mode de gestion qui convenait à l’époque du QER unique est en passe d’être révolu l’AP prône désormais la quantité sur la qualité. Avec autant de surveillants : on fera plus.  Ben voyons !!!

Plus assez de temps pour tout faire comme avant et pourtant on passe gentiment de 17 semaines à 15, évidemment en réduisant le nombre d’audiences en passant. Elle va être belle l’évaluation 2.0 !

ALERTE ! DANGER ! Le casse-tête est lancé !

C’est en ces mots, que nous pouvons résumer la réunion du jour. Avec la création du deuxième QER, la pénurie de candidatures dès l’appel d’offre, nous avait mis la puce à l’oreille, quant à la suite peu glorieuse que serait la gestion des ressources humaines des QER.

Mis à part une volonté de voir autre chose, RIEN ne motive les agents de roulement à se perdre au QER à l’heure actuelle : AUCUNE prime supplémentaire, aucune qualification officielle, cette affectation au QER restera une orientation lambda…

Constat alarmant à peine le QER 2 lancé (le 3 confirmé pour Mai) :  Qu’elles seront les options pour la suite ?

L’obligation serait d’avoir des volontaires aux prochains appels d’offre en nombre suffisant…A moins que la direction ne positionne les arrivants (ou autres) au QER comme elle le laisse clairement entendre.

Et pour que cela fonctionne il ne faut aucun absent ! JUSTE, trop juste pour être envisageable.

Dans le même ordre d’idée la direction a évoqué la modification du mode de travail actuel, ainsi que sa volonté de ne pas changer le service actuel des agents sur les QER.

Mais à quel prix ?

Comment faire le mouvement détenu par détenu face à l’augmentation des pensionnaires et donc des mouvements ainsi que des audiences (même si celles-ci sont amputées) ?

Le temps n’est pas extensible !

Ou sera ponctionné le surnombre nécessaire à la sécurité des agents ?

Une autre possibilité (plus probable) évoquée par la direction serait d’adapter le service actuel QER sur une base de travail identique aux QMC (2 agents par étages + mouvement).

Beaucoup trop de zone d’ombres planent sur la gestion en ressources humaines sur les QER pour que nous puissions voir l’avenir sereinement. Garder le maximum la sécurité pour les agents sans piocher dans la détention classique est un impératif pour l’UFAP UNSa JUSTICE. Le temps de la vitrine de la DAP s’achève !

C’est une gestion politique et de communication qui est passée par là !

Le passage en brigade des agents QER a été survolé mais cette mesure étant contre l’avis majoritaire des agents QER (Responsable QER) il serait toutefois hypocrite de ne pas la citer aujourd’hui comme la solution la plus simple à mettre en œuvre pour la direction afin de régler le problème en ressource humaine sur un manque d’agent fidélisé, sans ponctionner sur le contingent de la détention.

Le SDA a présenté également un projet avec deux tours de nuit, dédiés uniquement aux agents QER. Une projection de 6 agents QER (équipe de 24) a été proposée par un SDA limité dans ses possibilités de travail avec si peu de ressources en agent. Cette option les amènera a quitter progressivement le cycle de leur équipe de rattaachement.

Pour que cela fonctionne il ne faut là encore aucun absent !

Encore trop JUSTE pour être viable

Groupes de travail : chance d’évolution ou un chantier téléguidé de la DI ?

Des groupes de travail vont être rapidement mis en place dès le 5 février 2019. Incluant à notre demande des personnels, nous souhaitons vivement que chacun puisse apporter ces idées.

La chronologie des Groupes de travail :                             

·         Groupe 1 : Travaux, matériels et logistique (5 février)

·         Groupe 2 : Ressources humaines, formation, service des agents (11 février)

·         Groupe 3 : Contenu de la prise en charge (modalités évaluation, parloirs, cantines, sécurité etc.) (26 février)

D’autres questions restent néanmoins à trancher :

Alors que nous sommes au commencement des QER des inquiétudes quant à l’avenir des collègues apparaissent :

Quel avenir pour les QER dans quelques mois lorsqu’il n’y aura plus assez de détenus restant à évaluer ?

Le quota de détenus éligibles va vite arriver à épuisement, que deviendront les 4 QER sur le CP Vendin ?

Que fera l’administration des agents QER à l’issue ?

Les agents QER pris en otage avec un quartier qui se transforme de jour en jour, auront-ils la possibilité de le quitter ? Si leur départ doit être remplacé il est fort probable qu’au vu du manque de candidats la direction fasse attendre les agents, un long moment avant de les bouger sur un autre poste.

Aucune réponse n’est possible à cette heure, beaucoup d’incertitudes demeurent sans que, ni les agents de détention, ni ceux du QER ne sachent comment la gestion à la « va vite » des ouvertures de QER régenté des jolis bureaux confortables de LA DAP impactera leur travail et donc aussi leur vie familiale et sociale.

VIGILANCE : L’Alerte est lancée !

 UFAP UNSa JUSTICE VENDIN-LE-VIEIL exige la seule solution possible

L’ajustement avec un apport en personnel supplémentaire avec une

CAP QER !

L’administration a su rapidement ordonner l’ouverture de multiples QER

Charge à elle d’y mettre les moyens et pas aux agents de trinquer !

Le Bureau UFAP UNSa JUSTICE VENDIN LE VIEIL

Related posts