SPIP, une nouvelle dérive !!

Halte à la privatisation de nos missions !!

 

 

Les vœux 2018 de notre DFPIP affirmaient sans ambage :

 

« Notre bien commun n’est pas un monopole ».

 

Aussitôt dit, aussitôt fait : un mois plus tard, un prestataire privé est confirmé pour intervenir dans nos locaux pendant deux semaines pour un stage sur la thématique de la désistance.

 

Alors que les CPIP ont un vrai savoir-faire en la matière, on fait confiance à d’autres. Après les POP, les CJ et en attendant l’agence du TIG voici les actions collectives que notre direction abandonne aux sirènes du privé. L’UFAP UNSa Justice SPIP 26/07, refuse que la délégation de nos missions devienne une habitude.

 

Pendant que notre direction rappelle aux agents qu’ils sont en perpétuelle concurrence dans leur travail, cet organisme aura LE BEURRE, L’ARGENT DU BEURRE ET LA CRÉMIÈRE… On assiste bien à une « Pôle-Emploiisation » des SPIP qui consiste à nous habituer à co-exister dans notre travail avec des partenaires privés souvent synonymes de dilapidation de l’argent public pour des prestations dont la plus-value est sujette à caution.

 

Enfin,  Non content d’être financé à raison de 6 000,00 euros par an , cet organisme se verra affecter deux CPIP « volontaires » pour accueillir les usagers, soutenir les animateurs , former les personnels du prestataire…

 

               L’UFAP UNSa Justice SPIP 26/07, ne peut que protester devant cette initiative qui relève d’une forme de démission de nos politiques publiques et de la délégation de nos missions aux privés. Les agents n’auront aucune marge de manœuvre puisque deux d’entre eux seront désignés « volontaires » pour seconder nos concurrents.

 

L’UFAP UNSa Justice SPIP 26/07, dénonce cette course à l’échalote dont le seul but est d’évaluer un service et ses personnels au nombre d’actions collectives qu’ils peuvent mettre en place.

 

               L’UFAP UNSa Justice SPIP 26/07, constate que cet épisode illustre bien l’absence de considération et d’égard subis par les agents du service.

 

L’UFAP UNSa Justice SPIP 26/07, s’insurge contre cette « privatisation rampante » du service publique d’insertion et de probation.

 

L’UFAP UNSa Justice SPIP 26/07, exige une vrai concertation sur les actions collectives et sur la charge de travail de chaque agent.

 

Pour l’UFAP UNSa Justice SPIP 26/07

Thierry BABIN

    A Valence, le 05/03/2018

Related posts