mercredi 10 juillet , 2019

Sur le dos des personnels, comme d’hab. – Tract Rennes Vezin

Lors du dernier CTS le 21 mars 2019, l’UFAP Unsa Justice, syndicat majoritaire du CPH Rennes/Vezin, obtenait la fin des retours en taxis lors des extractions médicales, ce qui au fond n’était que la juste et stricte application du cahier des charges signé par l’Administration et GEPSA.

La Note de service N° 496 spécifiant bien le fond même de notre requête : « L’attente du chauffeur à l’hôpital est motivée par la nécessité de pouvoir, le cas échéant, exfiltrer en urgence un détenu du CHU. »

Mais voilà, nous sommes au CPH Rennes/Vezin ! Dans cet établissement, le dialogue social est bafoué, piétiné sans vergogne par notre Direction, qui privilégie « les petits arrangements entres amis » sur le dos de ses Personnels.

La Note de service rectificative N° 234 (bis) l’atteste. C’est un coup de couteau dans le dos, comme d’hab.

Voir des Personnels en tenue sur le bord d’un trottoir, attendant sagement un « TAXI RENNAIS » tout en priant pour ne pas allonger la déjà bien longue liste des victimes agressées en service au CPH Rennes/Vezin, ça n’émeut personne!

Les voyous sont partout, et en majorité dehors !

L’UFAP Unsa Justice exige le retour immédiat à la note de service N° 496, votée à l’unanimité par les membres du CTS.

Pour les « TAXIS RENNAIS » trop souvent impayés par GEPSA ou mal payés dans les délais impartis, NOUS NE SOMMES PLUS PRIORITAIRES !


Rennes le 07 MAI 2019 Pour le bureau local UFAP

Related posts