vendredi 17 septembre , 2021

SURPOPULATION A LA MAISON D’ARRET DE SAINT BRIEUC

Ce jour, lundi 25 janvier 2016, le bureau local de la Maison d’Arrêt de SAINT BRIEUC   dénonce la surpopulation carcérale.

Initialement prévu pour 87 places, le nombre de détenus dépasse les 165 et, à n’en pas douter,  ce chiffre va encore augmenter si aucun désencombrement n’est organisé.

La DISP de Rennes indique avoir conscience de la situation Briochine, néanmoins, elle n’entend pas procéder à un désencombrement en ce moment, estimant à tort, que cet établissement n’est pas prioritaire.

Cette réponse n’est bien évidemment pas acceptable pour les agents en poste qui quotidiennement doivent supporter des conditions de travail dégradée et une sécurité réduite à peau de chagrin, et de surcroît sans espoir de voir la situation s’améliorer sous un délai raisonnable.

Nos têtes pensantes connaissent l’établissement et malgré leurs déplacements, rien ne change pour le personnel. Il doit subir et être exposé. Telle est la ligne choisie à cette heure par notre direction régionale.

L’UFAP Unsa Justice  demande qu’un désencombrement soit réalisé dans l’urgence d’une vingtaine de détenus pour que tous les personnels puissent exercés en toute sécurité. A défaut, l’UFAP Unsa Justice appellera les personnels à réagir.

Le secrétaire local UFAP-UNSA Justice

Related posts