mardi 09 juillet , 2019

Surveillant acteur/ socle commun formations Les premières pierres sont posées……….pour des valeurs retrouvées !

Après le relevé de conclusions signé conjointement par la garde des Sceaux et notre seule organisation syndicale, Après les qualificatifs sortis des bas-fonds du régime de Vichy à l’encontre de notre organisation syndicale !

Après la note DAP sur le surveillant acteur de la détention, Après la note DAP sur le socle commun formations, voici les premières pierres d’un édifice pour l’avenir.

Les comités de pilotage se succèdent à la Maison d’Arrêt d’Auxerre et démontrent la volonté COLLECTIVE de retrouver nos valeurs. Valeurs, à savoir l’AUTORITÉ DU SURVEILLANT COMME ACTEUR INCONTOURNABLE DE LA DÉTENTION !!! Elles ont été mises au rebut pour faire la place belle à une politique de service à la personne (détenue). Pauvre surveillant, pourtant premier interlocuteur de cette population pénale qui a trop longtemps été réduit à ouvreur de portes et punching-ball à détenus !

Les moyens matériels obtenus par l’UFAP (gilets pare -balles/pare-lames, trappes de menottages) sont importants mais ne sont qu’un volet du relevé de conclusions. L’attractivité du métier passe par un changement de cap avec une évidence absolue qui pourtant fût balayée d’un revers de main par certains. Comment assurer nos missions régaliennes si nous méconnaissons ceux dont nous avons la garde ? EN LES EVALUANT !!!

Les travaux du groupe de travail constitué à la Maison d’Arrêt d’Auxerre ont permis de poser les premières pierres. Les mouvements individuels vecteurs d’insécurité pour les agents seront bannis et une rationalisation des mouvements par activité verra le jour. Le travail en binôme constitué va être instauré sous le format suivant : sous-sol/rdc et 1 er étage/ 2 ème étage.

La fin de l’isolement du surveillant va garantir sa sécurité au quotidien. Vous ne verrez jamais un policier ou un gendarme seul face à la délinquance, alors pourquoi accepter un surveillant face à un détenu. De nombreuses agressions sur nos camarades dans les Établissements Pénitentiaires auraient pu être évitées si les agents travaillaient en binômes. L’ exemple est venu récemment de Joux la Ville où un collègue a subi une agression (étranglement) par un détenu lors de la distribution des médicaments. Serait-il toujours des nôtres si le collègue qui l’accompagnait se trouvait sur une autre aile ?

La rationalisation des mouvements passe par un enregistrement des détenus par activité sur Génésis, et ce, par les services concernés. Ce sera chose faite ! Lors de la distribution du repas du soir , l’agent d’étage distribuera à chaque détenu ses bons de mouvements et celui-ci pourra organiser sa journée du lendemain. Fin des prises de têtes, fin des discussions sans fin avec les détenus.

L’évaluation des détenus se fera dans un premier temps par les agents volontaires désireux de tester le dispositif. Ils auront en charge quelques détenus qu’ils évalueront en amont des CPU et des CAP. Nous préférons faire taire les savonneurs de planche en indiquant que l’ensemble des agents pourront continuer d’observer l’ensemble des détenus mais pour des évaluations pertinentes, il est préférable d’attribuer un groupe de détenus par agent. Cette méthode éprouvée à Varennes le Grand depuis 2013 s’est avérée efficace.

La finalité sera la participation des surveillants acteurs aux CAP et CPU pour donner un avis affiné et de qualité aux magistrats pour l’une et à la direction locale pour l’autre. Un temps de travail préparatoire sera accordé pour le recueil et la synthèse des informations. Dorénavant le détenu saura que le surveillant n’aura pas qu’une incidence sur sa journée de détention mais sur sa détention totale. Il est bien évident que les agents suivront des formations sur la conduite d’entretiens.

Il restait à cibler une catégorie de détenus à évaluer pour le début de la mise en place du surveillant acteur. L’idée d’évaluer les détenus violents a été retenue. Idée pertinente à double titre. Le premier réside dans la protection des personnels au quotidien. Il est donc primordial d’évaluer ceux qui pourraient nous nuire en priorité. La deuxième, et nous l’avons fait remarquer en COPIL est l’inauguration de l’Unité pour Détenus Violents à Chateaudun en ce mois de juin. Cette unité pourra accueillir pendant une durée limitée des détenus de l’ensemble de la DI et seront suivi par une équipe pluridisciplinaire pour une réorientation à l’issue. Préalable à leur affectation, la CPU de l’établissement d’origine. Nous pouvons donc mettre en place un relai Interrégional sur les profils violents.

Quant au socle commun formations, le travail est quasiment abouti. Les agents participeront à des actions de formations les lundis après-midi pendant environ 2 heures. La détention ne restera pas morte mais les mouvements seront encadrés et gérés en ilotage par les agents qui ne participeront pas ce jour là aux actions de formations. L’UFAP a exigé que l’accomplissement des mouvements s’effectue l’un après l’autre. L’ilotage constitue la réalisation de mouvements encadrés par un groupe de surveillants d’un étage vers un lieu d’ activité. Le socle commun a été concu par la formatrice des Personnels et donnera l’ensemble des outils necessaires pour l’exercice des fonctions.

A terme, l’ensemble des agents seront acteurs. La mise en place du surveillant acteur apportera de la sécurité à Toutes et Tous par le travail en binôme et par la fin des mouvements individuels des détenus. Elle apportera un regard nouveau sur notre métier qui se doit d’évoluer. Le temps du porte-clefs est révolu ! Quant à la formation des Personnels sur le temps de travail, cela paraissait inconcevable et illusoire pour certains et pourtant elle deviendra pérenne. Ce sera une valeur ajoutée pour l’ensemble des services et intervenants car les mouvements seront plus fluides et l’architecture des journées de détention verra disparaître le manque de bureaux pour les entretiens de chacun.

L’UFAP informera régulièrement les agents sur cette mise en place du surveillant acteur/ socle commun formations et les accompagnera au quotidien dans cette autorité retrouvée.

Le bureau local

Related posts