vendredi 27 mai , 2022

TO BE OR NOT BE! – QCD NANTES

Madame la directrice du QCD, une fois de plus, vous n’en faites qu’à votre tête, pour preuve la gestion des incidents avec le détenu K….. Vous avez une nouvelle fois, montré votre indifférence à l’encontre des personnels. Pire, encore, vous avez mis en danger leur intégrité physique en ordonnant l’impensable, certainement par méconnaissance du terrain.

            Depuis plusieurs jours, les agents ont à gérer un individu incontrôlable. Ces deux derniers jours, un palier dans la dangerosité a été franchi par cet énergumène qui, arrivé en MOS, compte 7 procédures disciplinaires en 2 mois de présence sur notre établissement.

            Le 28 février, il ravage une cellule du quartier d’isolement, nécessitant son placement au quartier disciplinaire par des agents équipés. Le 01 mars, en milieu d’après-midi, il incendie sa cellule du QD. Il est encore une fois mis dans une autre cellule qu’il va une nouvelle fois détruire. Dès 17h00, la cellule est ravagée, d’après ses dires, juste pour nous faire « chier ». Sauf que cette fois ci, il s’est armé d’un morceau de verre de plus de 40 cm et s’est retranché dans la pénombre bien décidé à en découdre.

            A 19h00, l’intégralité du service de journée est retenu. Pour le « bien être » de notre pensionnaire, toujours surexcité, qui avait pourtant déclaré ne plus rien vouloir de nous que son transfert, la direction décide de lui apporter des bouteilles d’eau et une couverture pour la nuit et donne l’ordre d’équiper des agents.

NON Madame la Directrice, les agents ne sont pas de la chaire à canon.  

Des personnels sont formés pour gérer ce genre d’individu dans ce genre de situation. Les personnels n’ont pas à mettre leur vie en danger.

            De plus, alors que nous venions vous exprimer notre opposition à cette opération, il nous a été répondu qu’elle était organisée en accord avec les gradés. Or, les gradés de roulement, présents tout au long des événements étaient totalement opposés à toute intervention en cellule compte tenu de l’état d’énervement du détenu. Bien petite manœuvre, assumer vos décisions !!!

Aujourd’hui, l’UFAP UNSa Justice exige que ce détenu soit transféré dans les plus brefs délais.

L’ UFAP UNSa Justice demande à ce que tous les agents de service, y compris ceux restés par solidarité, soient indemnisés pour toute la durée de leur présence.

L’ UFAP UNSa Justice félicite tous les agents présents pour leur professionnalisme dans la gestion de cette épreuve.

            Nous vous rappelons Madame la Directrice : « les chefs de service sont chargés, dans la limite de leurs attributions et dans le cadre des délégations qui leur sont consenties, de veiller à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous leur autorité ».  

Il s’agit là de VOTRE RESPONSABILITÉ.

L’ UFAP UNSa Justice ne transigera pas avec la sécurité et l’intégrité physique des agents.

                                                  Mercredi 02 MARS 2022

                                          Le Bureau UFAP Unsa Justice

                                                                                                                       

Related posts