samedi 04 avril , 2020

TOIT TOI MON TOIT…

toit-toi-mon-TOIT-M.C-SMDR

 Saint Martin de Ré le 22/02/2020                                                                 

Après un début de semaine difficile avec l’appel au secours de notre collègue monitrice de sport dans le gymnase, le quartier caserne de la centrale de Saint Martin de Ré continue de connaître des moments compliqués avec la gestion de cas psy.

Conséquence, mise en prévention de trois détenus bien connus pour leurs instabilités mentales et quid de leur affectation dans un établissement spécialisé.

À côté de cela, l’impunité dont certains détenus jouissent, montre la voie à d’autres pour franchir encore une étape.

Effectivement, lors du départ promenade du jeudi 20 février 2020 en milieu d’après-midi, 2 pensionnaires déterminés à être transférés à n’importe quel prix, se présentent téléphone à la main, filmant l’ensemble des personnels présents et balançant le tout sur les réseaux sociaux…

Devant la détermination des collègues à récupérer les objets illicites, ces tristes personnages décident de monter sur le toit du préau de la cour de promenade durant plusieurs heures.

L’intervention des ERIS de Bordeaux jusque tard dans la soirée a été nécessaire pour mettre fin à la mascarade de ces deux individus en quête d’un transfert.

Le vendredi 21 février 2020 à 11h un détenu connu sur la DISP de Bordeaux pour son adresse à l’escalade dans différents établissements, a voulu lui aussi avoir son heure de gloire.

Ce dernier a décidé de monter sur le toit du gymnase du quartier caserne durant 4 heures occasionnant de gros dégâts dans la zone atelier, projetant également des gravats de la zone atelier sur le terrain de sport en grimpant sur les grillages des différentes cours.

Encore une fois les collègues ont été de grands professionnels durant de nombreuses heures à gérer l’incident en attendant une fois de plus l’arrivée des ERIS de Bordeaux.

Les collègues de cette unité ont dû utiliser la force nécessaire pour faire descendre la star du jour et le placer au QI.

Cette situation a engendré de grandes tensions au sein de la détention poussant certains détenus à vouloir bloquer à nouveau la cour de promenade en montant crescendo dans la provocation.

Cette journée, contrairement aux deux précédentes qui ont elles viré au noir mettant ainsi les personnels dans un état de stress maximal, s’est terminée sans encombre.

Le bureau Local UFAP/UNSaJustice remercie l’ensemble des personnels, de tous corps et grades confondus pour leur courage et leur professionnalisme, mais dénonce le climat attentiste de la direction devant les problématiques posées.

Il est vrai que si un MESSIE est attendu pour les semaines à venir par nos têtes pensantes, nous n’attendons aucune solution miracle de ce côté-là.

Le bureau Local UFAP/UNSaJustice demande à la Direction de SMDR et à la DISP de Bordeaux d’organiser des états généraux sur la sécurité avec les organisations syndicales afin de travailler sur l’avenir de l’établissement et non pas sur les lacunes accumulées.

Les personnels en ont assez de travailler dans un établissement qui ne change pas et ne se modernise pas, en attendant tous les jours le prochain évènement.

Le bureau Local UFAP/UNSaJustice souhaite que l’établissement par la force et le professionnalisme de ses personnels puisse aller de l’avant et que le Surveillant devienne ACTEUR et non Spectateur par la mise en place de l’ORGANISATION du Surveillant Acteur pour rétablir l’autorité et garantir la sécurité pour tous et garantir une évolution de notre métier.

                                                   Le bureau local UFAP de la MC SMDR

Related posts