Travailler tue

Lorsque survient un accident de travail, quoi de plus naturel que d’en rechercher les causes et de tout faire pour les supprimer ??? C’est une obligation résultant du code du travail…. Elle s’applique à tous, y compris au Centre Pénitentiaire de Nancy !!!

A fortiori lorsque survient le décès d’un agent sur son lieu de travail, des moyens colossaux, une énergie décuplée et une collaboration vigoureuse entre les préventeurs (médecin de prévention, assistant et conseiller de prévention, inspecteur santé et sécurité au travail, psychologue, …) devraient automatiquement et nécessairement se mettre en place pour en rechercher et en éradiquer les causes.

La répétition des gestions de crise ne doit pas devenir une habitude !!!!  A ce titre, l’UFAP Grand-Est a sollicité un entretien avec le directeur du CP de Nancy ce 30 août afin que ne soit surtout pas oubliée l’après-crise et

LA PREVENTION : tout mettre en œuvre pour éviter que des drames ne se reproduisent.

Pour l’UFAP Grand Est, il est hors de question de laisser le fatalisme gangréner une administration dépassée et qui oublie que la vie de ses agents n’a pas de prix. La délégation UFAP Grand-Est a donc tiré la sonnette d’alarme auprès du chef d’établissement afin qu’il mette ses préventeurs au travail de toute urgence !

Les causes de ces décès doivent être recherchée sans faux-semblant !!!!

Et que l’Administration n’aille surtout pas se fourvoyer à fouiner du côté de la vie privée des agents, ce n’est pas le travail d’un préventeur. Et comme elle sait si bien le dire : les problèmes personnels restent au vestiaire !  Cela doit s’appliquer dans tous les domaines, et pas seulement quand cela arrange l’Administration… !

Les conditions de travail au CP de Nancy-Maxéville sont de toute façon tellement dégradées et indignes qu’il y a forcément des pistes d’explications à rechercher dans ce bourbier… Bourbier dans lequel l’administration force les agents à venir travailler à coups de nécessités de service !!!

Cela suffit, il est grand temps et urgent d’identifier et de traiter les causes du mal : la vie de nombreux agents en dépend et les multiples signaux d’alerte, y compris ceux les plus récents, sont là pour nous le rappeler !!!

L’UFAP ne laissera pas mourir les agents dans l’indifférence d’une administration qui envoie délibérément ses agents au casse-pipe.

L’UFAP veillera en CHSCT à ce que cette direction ne détourne pas ce que doit être la prévention des risques. L’unique objectif doit être d’éviter des accidents et des morts !! 

STOP à la politique de l’autruche, de l’inaction et du fatalisme :  IL EN VA DE LA VIE DES AGENTS !!!!

 

 

                                                                                                              Pour l’Union Régionale UFAP UNSa Justice Grand-Est,

                                                                                                                          Jean-Claude Roussy                    Alain Bassuel

                            Secrétaire général adjoint        Secrétaire CHSCTD 54

Related posts