vendredi 30 octobre , 2020

JOURNAL UFAP INFOS PENITENTIAIRES GUADELOUPE

EDITO

L’année 2018 a été marquée par de nombreuses agressions sur les Personnels, ce qui a conduit à un mouvement social d’ampleur national. Mais malheureusement l’administration a pris des sanctions envers les agents qui dénonçaient leurs conditions de travail et leur insécurité.

Mais l’UFAP UNSa Justice a pris ses engagements en signant le relevé de conclusions dont nous pouvons voir déjà les avancées sur l’indemnitaire et sécuritaire.

S’en est suivi les élections profes- sionnelles en fin d’année dont vous avez renouvelé votre con- fiance à l’UFAP UNSa Justice Gua- deloupe afin de garder sa pre- mière place au niveau Régional. Toute l’équipe régionale est fière de la confiance que vous lui avez donnée et nous continuerons à mesurer toute la responsabilité qui est la nôtre, et à travailler en- semble pour le meilleur avenir possible.

Pour autant, l’UFAP UNSa Justice de Guadeloupe continue à dénoncer le manque d’agents, de reconnaissance envers les Personnels Pénitentiaire ainsi que les problématiques de surpopulation carcérale, les conditions d’hygiène déplorables, de l’oisiveté, du vide sidéral en matière d’activités pro- posées aux détenus.

Pour exemple
Le CP de Baie-Mahault qui a été conçu pour 480 détenus héberge actuellement plus de 730 détenus et le quartier de la maison d’arrêt compte 140 matelas au sol pour une surpopulation carcérale de plus de 146%.

La MA de Basse-Terre conçue pour 136 places compte 201 détenus hébergés pour une dizaine de matelas au sol.

A travers nos écrits pendant notremandature, l’UFAP UNSa Justice réclame l’application de l’Égalité Réelle Outre-Mer dans le domaine pénitentiaire car trop souvent les Personnels Guadeloupéens sont des laissés pour compte par notre administration.

Néanmoins les travaux de L’UFAP -UNSa Justice continuent à sa- voir : le transfert vers l’hexagone des détenus condamnés à de longue peine et des détenus agresseurs, la création d’un quartier arrivant pour le CP Baie-Mahault, des brouilleurs de portable, la création d’une équipe cynotechnique, d’ERIS, d’UHSI, d’UHSA, d’ERIF, le déploiement d’EJ, la construction d’un établisse- ment pour peines, ajustement de l’organigramme de référence des 2 établissements, effectifs supplémentaires.

Jean-Jacques RACAMY

Secrétaire Régional UFAP-UNSa Justice de Guadeloupe

Related posts