Une Direction qui se COUPE DE SES PERSONNELS !!!!! – Tract RENNES CPF

Décidément, RIEN NE VA PLUS AU CPF !! Le 23 août 2018, une détenue passe en CDD pour insultes et menaces envers une collègue ainsi que pour une tentative d’agression sur cette même collègue qui, sans l’intervention d’une autre détenue, aurait été agressée à coups de balai.

Lors de son passage en CDD, cette détenue a seulement été sanctionnée de 10 jours de confinement avec sursis. HONTEUX !!!! Sachant qu’à cette même commission, une autre détenue s’est vue infliger la sanction de 8 jours fermes de QD pour avoir eu une altercation physique avec une autre détenue.

Rebelote, lors de la CDD de mardi, où une autre détenue a insulté elle aussi un personnel et ne s’est vue infliger qu’une peine de confinement avec sursis.

LAMENTABLE !!! Il en ressort, qu’au CPF,  les détenues peuvent agir en toute impunité. Il est préférable pour elles d’agresser tant physiquement que verbalement nos collègues, car   une sanction des plus légères leur sera « infligée » lors de la CDD, alors que si elles venaient à s’en prendre à une autre détenue, la sanction sera plus lourde pour elles.

Où est la logique ? Que doit-on en penser ? Que doit-on comprendre ?

Sommes-nous, au CPF, dans un lieu de non droit, où tout est permis pour les détenues, où les sanctions concernant les agressions tant verbales que physiques envers les personnels sont passées à la trappe ?

Les personnels, sont-ils victimes d’une politique carcérale trop laxiste et méprisante. Sont -ils considérés comme de la simple chair à canon.

Il est grand temps pour la Direction de prendre en considération le professionnalisme des personnels et de leur apporter du soutien au lieu de leur enfoncer encore plus la tête sous l’eau. A agir uniquement de cette façon, les personnels vont se démotiver de plus en plus et commencent à venir au travail avec un sentiment de mal être plus fort de jour en jour !!!

La Direction doit prendre ses responsabilités, car en agissant de la sorte, les détenues vont se croire tout permis et le pire risque alors d’arriver.

L’UFAP/UNSa Justice s’insurge contre des pseudos sanctions et EXIGE des sanctions exemplaires empruntes d’une extrême fermeté. Cela passe donc par de plus lourdes peines de QD pour de telles agressions.

L’UFAP/UNSa Justice, souhaite que tous les agents victimes de menaces tant verbales que physiques portent systématiquement plainte au commissariat de police.

L’UFAP/UNSa Justice sera toujours là pour aider les collègues dans leurs démarches.

L’UFAP/UNSa Justice, une présence au quotidien.

Rennes, le 28 Août 2018                                                                                        Le bureau Local  UFAP/UNSa Justice

Related posts