mercredi 25 novembre , 2020

Une nuit de folie – Orvault EPM

Dans la nuit du 29 au 30 décembre 2015, l’EPM a été le théâtre d’une multitude d’incidents orchestrés par les détenus.

A partir de 21H30, pas moins de six feux de cellules ont été allumés simultanément. A peine les agents sortaient un détenu menotté sur la cour pour le mettre en sécurité qu’il fallait qu’ils repartent sur un autre feu de cellule, et ainsi de suite…

L’appui des ERIS de RENNES a été effectif à partir de 1H30 du matin (alors qu’ils ont été appelés vers 21H00). Des surveillants (5) et gradés (2 1er svt) de l’EPM ont également été rappelés pour venir prêter main forte. Le Parquet s’est déplacé sur site et six jeunes sont partis en garde à GDV. Actuellement, les ERIS sont toujours en sécurisation de l’EPM, et deux détenus sont au quartier disciplinaire avec un poste de radio pour qu’ils ne s’ennuient pas trop…On croit rêver !!!

Pourquoi toute cette série de feux de cellules ? Aucune explication, aucune revendication, juste des détenus mineurs et majeurs (au nombre de sept actuellement sur l’EPM) qui ont voulu s’amuser, faire les prémices du 1er de l’an à leur manière.

Pourtant, ces incidents couvaient depuis un certain temps avec des détenus trop habitués à la structure et au fonctionnement de cette détention sans compter le maintien anormal et inexpliqué de détenus majeurs sur site.

L’UFAP-UNSa Justice avait dénoncé cette situation, avait fait part de ces craintes et demandée le transfert de certains individus et notamment des majeurs, mais en vain puisque que l’administration n’a pas daigné exécuter le moindre transfert.

Aujourd’hui, nous tirons les conclusions de l’attentisme de l’administration et fort heureusement, aucun blessé n’est à déplorer en revanche, des dégâts matériels sont à déplorer avec neuf cellules inutilisables.

Souhaitons maintenant qu’elle est sache tirer les leçons de cette nuit de feu et que les transferts des meneurs et de l’ensemble des détenus majeurs soient une réalité sous un très bref délai.

L’UFAP-UNSa Justice pour sa part sera vigilante à l’exécution cette exigence car il y en a marre que les agents soient mis en danger à cause d’un laxisme administratif !

L’UFAP-UNSa Justice félicite les agents et gradé présents pour leur sang-froid, la rigueur et le professionnalisme dont ils ont fait preuve. A ce titre, un remerciement officiel serait de bon ton à leur égard.

L’UFAP-UNSa Justice remercie les ERIS pour l’aide et le soutien apporté.

Le Bureau Local UFAP-UNSa Justice

Le 30 décembre 2015

Related posts