jeudi 23 mai , 2019

Unité Détenus Violents… Un fiasco en perspective !

Lors du CTS du 02 avril 2019, un point concernait la création de l’UDV. Les membres du bureau local L’UFAP UNSa Justice ont relevé un bon nombre d’incohérences et dénoncé une vision bien trop angélique du mode de fonctionnement de cette unité qui accueillera des détenus violents.

Les points abordés ont été :
La note d’organisation : L’UFAP UNSa Justice s’est étonnée qu’il y ait une pré-CPU pour décider des modalités d’accueil du détenu (menottage, organisation des mouvements, objets autorisés, fouilles…) alors que la doctrine est précise : « Lors de son arrivée en UDV, le détenu est placé en observation pendant deux semaines. A ce stade, les mesures de sécurité sont maximales… ».

Pour L’UFAP UNSa Justice les choses doivent être claires, pas de clientélisme, cette pré-CPU ne doit avoir qu’un but : RENDRE SYSTÉMATIQUE LA GESTION EN SÉCURITE MAXIMALE DE CES DÉTENUS DÈS LEURS ARRIVÉES ! L’UFAP UNSa Justice a dénoncé la latitude laissée à la direction locale d’interpréter la doctrine comme bon lui semble, notamment sur le nombre d’agents pour encadrer les détenus. On parle à un moment de « 2 agents et 1 gradé » à un autre de « 3 agents »… Rien n’est clairement défini, tout comme les fouilles intégrales d’arrivées pourtant prévues par la doctrine !!!

Concernant les extractions, celles programmées seront prises en charge par le service transfert, les extractions non programmées seront quant à elle effectuées par une équipe mixte MA/UDV. Une nouvelle fois on va taper sur les effectifs de la Maison d’arrêt, avec des agents qui n’auront bénéficié d’aucune formation !!!

L’UFAP UNSa Justice a également exigé que ces détenus soient classés « escorte 3 préfecture » afin d’avoir systématiquement les renforts de police. La direction nous répond que ça ne sera pas possible, comment connaitre les réponses à des questions qui n’ont pas étaient posées ? Ces chers « enfants de cœurs » auront également la possibilité de disposer d’une plaque chauffante ! Comment peut-on parler de régime de détention sécuritaire ?

Pour l’UFAP UNSa Justice c’est NON ! Pas de plaque chauffante dans cette unité ! Même pas celles du CNE, soi-disant moins puissantes !!!
SI L’UDV N’EST CERTES PAS UN QUARTIER DISCIPLINAIRE, IL N’EN DEMEURE PAS MOINS QUE CETTE STRUCTURE ACCEUILLERA DES DÉTENUS VIOLENTS SUCEPTIBLES DE PASSER À L’ACTE A TOUT MOMENT. À CE TITRE, IL CONVIENT DE PRENDRE TOUTES LES MESURES EN PRÉVISION DES RISQUES PERMANENTS D’AGRESSION.

L’UFAP UNSa Justice a également exigé que ces détenus ne puissent pas accéder à la bibliothèque et à la salle de sport dans leurs configurations actuelles car elles ne sont pas du tout adaptées (mobilier et salle de sport trop encombrée).


Le règlement intérieur : Notre directrice toujours aussi attachée au dialogue social de qualité, nous explique que le règlement intérieur est juste présenté et qu’il n’est pas question de le modifier !!!

Pour L’UFAP UNSa Justice, vu le nombre d’aberrations encore présentes dans ce règlement intérieur, cette restriction est intolérable ! Si la directrice n’a que faire de nos observations, le sujet sera forcément abordé avec la directrice interrégionale lors de la visite de l’UDV programmée prochainement.
Plan de Formation : Il serait plus approprié d’appeler ça « un plan de formation à la sauvette pour se donner bonne conscience!!! »
C.P. LILLE LOOS SEQUEDIN
Unité Détenus Violents… Un fiasco en perspective !

3 JOURS : J1/cadre règlementaire/mise en œuvre ERIS, J2/technique d’intervention, J3/communication, méthodologie d’approche.
3 JOURS DE FORMATION ? LORS DU CTI DU 28 MARS, IL ÉTAIT PRÉVU 10 JOURS/AGENT !

Pour rappel, la doctrine met l’accent sur une équipe spécialement formée sur la question de la violence en milieu carcéral, « Le temps de formation porte plus particulièrement sur la connaissance de la violence en détention (causes, manifestations, types, conséquences…), l’évaluation de la violence, la prévention de la violence, la gestion des conflits et la prise en charge des détenus violents. Des modules de formation portant sur la psycho-criminalité, la communication et le passage des consignes, ainsi que sur la pluridisciplinarité, sont également prévus. Les référents de la détention sont également formés à l’utilisation des moyens de contrainte, aux techniques d’intervention et à la notion de sécurité dynamique, qui prend une place centrale dans une UDV. ».Comment peut-on expliquer que malgré la doctrine d’emploi validée en novembre 2018, il n’a pas été jugé important par nos dirigeants d’élaborer un réel plan de formation avec un minimum d’ambition.

Pour L’UFAP UNSa Justice c’est juste inacceptable de se contenter de si peu et d’envoyer les agents au casse-pipe !
Travaux : Une fois de plus la direction veut nous faire croire que tout est prêt et opérationnel pour ouvrir l’UDV, mais pour l’UFAP UNSa Justice, on est loin du compte :
Les cellules : Tout le mobilier peut devenir une arme, la chaise fixée au mur tient à peine, le bloc sanitaire est facilement démontable et les tubes métalliques pouvant devenir des armes. Les salles audiences : La pédale d’alarme traîne au sol avec un câble de plus de 2 mètres (de plus les 1er tests montrent des dysfonctionnements), les néons ne sont pas protégés et la fixation du radiateur n’est pas renforcée. Les Moyens de communication : à ce jour de nombreux « Motorola » ne fonctionnent pas, malgré les envois réguliers en réparation. Le local téléphone : Il se trouve dans l’atrium qui n’est pas dans la coursive UDV. Cette zone n’est pas étanche. Nos demandes répétées de remettre la grille de séparation au niveau du PIC qui existait du temps de la maison centrale sont restées muettes. La salle tampon : Le mobilier installé peut être facilement arraché, de nombreux coins de mur sont trop aigus comme le coin du banc en béton et peuvent être dangereux en cas d’intervention. La salle d’activité : Trop d’armoires amovibles dans cette pièce et le lavabo n’est pas du tout adapté (céramique). La cour de promenade CNE: Cette cour n’est pas étanche avec l’UDV puisqu’elle donne directement sur ses cellules. La salle de sport : elle contient beaucoup trop de matériel, rendant difficile les éventuelles interventions. On peut ajouter à cela que les agents ne sont pas dotés de tenues individuelles malgré les préconisations de la doctrine !!! Pour la directrice on n’en a pas besoin !!! UNE FOIS DE PLUS NOUS AVONS LE SENTIMENT QUE NOS DIRIGEANTS MINIMISENT LES RISQUES AUXQUELS SERONT CONFRONTÉS LES PERSONNELS EXERCANT DANS CETTE UNITÉ SPÉCIFIQUE !

Une ouverture le 15 avril 2019 ? Pour l’UFAP UNSa Justice, dans de telles conditions, On va droit dans le mur !!!

Pour le bureau UFAP UNSa Justice Benoit NORMAND David DEHAESE

Related posts