mardi 09 juillet , 2019

UR de Bordeaux – AUX ARMES LA PÉNIT…

Depuis des mois, voire des années, notre profession est devenue un ustensile obsolète et quelconque, dont nos dirigeants ne savent plus se servir ou ne veulent pas utiliser à bon escient, la question reste à savoir pourquoi… ?

Laissée à l’abandon, fragilisée par de multiples incohérences de sauvetages inopérants, notre profession toute entière souffre. 

Travail en mode dégradé en masse, charge de travail insensées avec des rythmes déments, insécurité grandissante, conditions de travail détériorées et non reconnues, emplois en berne tous corps confondus, rappels quotidiens en expansion, santé des personnels dans le rouge, risques psychosociaux omniprésents impactant lourdement la vie de famille des collègues, et l’on en passe…  

Pour cela l’unité syndicale appelle à la « révolte » des personnels le 22 octobre 2015 afin que ces irresponsables qui manient sans ménagement les masses humaines de notre institution au rythme et au gré que leur imposent leurs neurones formatés dont l’objectif premier est de garder leur confortable siège sans se soucier du devenir de ces femmes et hommes qui remplissent tant bien que mal la mission régalienne qui leur est confiée, comprennent enfin leurs erreurs.

Il faut que ces personnages au dédain incommensurable prennent conscience et cessent de scruter du haut de leur perchoir le désarroi dans lequel ils nous ont installés sans pour autant nous donner l’assistance qui nous est due, à savoir :   

  • La résorption des emplois vacants afin de mettre un terme immédiat à tout type de mode dégradé et la révision (ou la création) des organigrammes afin de répondre aux nécessités des missions actuelles et nouvelles.
  • L’arrêt immédiat de la mise en danger permanente des Personnels et l’ouverture d’une négociation sur les questions d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, mais également de médecine de prévention pour les Personnels. (Souffrance au travail, agressions / prises d’otages, fatigues accrues, burn-out, tentatives de suicides, etc…).
  • Retour immédiat de l’autorité des Personnels en détention par une remise à plat des conditions d’exercice des missions de sécurité garantes de l’intégrité des Personnels et du fonctionnement des établissements.
  • Un véritable dialogue social, le respect à l’égard des personnels et des droits syndicaux.
  • L’ouverture d’une négociation du statut de l’ENAP et de son fonctionnement.
  • L’ouverture d’une négociation sur la revalorisation indemnitaire (PSS, ICP, primes et indemnités, astreintes…) et le rejet du nouveau dispositif RIFSEEP.

Que vous soyez d’un endroit où il est fait bon vivre (s’il existe), que vous soyez d’un endroit où jamais un jour ne se passe sans que l’un de vos collègue se fasse « cracher à la gueule », insulter, menacer, persécuter, harceler, violenter et subisse l’humiliation du fait de l’abandon de notre administration, nous vous invitons et croyons en vous pour faire preuve de solidarité, l’esprit de cohésion doit vous gagner plus que jamais. 

Il est grand temps de faire entendre votre voix, il est grand temps de scander à nos dirigeants votre désarroiALORS LE 22 OCTOBRE 2015 SOYONS TOUS UNIS ET MARCHONS SUR PARIS.

La résignation, c’est un suicide collectif. « Honoré de Balzac »

L’Ensemble du Bureau Régional

Related posts