mercredi 10 juillet , 2019

UR de Bordeaux – LA GENESE DE L’AUSTERITE

La chronophagie pragmatique de la DAP met de côté la souffrance et la vie de famille des personnels qui se démènent tant bien que mal pour faire tourner les geôles françaises.

En effet, dans la note du 5 novembre 2014 où il est rappelé aux DI la maîtrise des heures supplémentaires, on peut s’apercevoir que n’apparaissent nullement les rythmes de travail infernaux que subissent les personnels, dus, comme il est bon de le rappeler puisque vous n’en faites nullement référence, au non-remplacement des vacances de postes depuis belle lurette maintenant.

Bien au contraire,  y sont sublimés les arrêts de travail qui sont les soi-disant facteurs de cette hémorragie perpétuelle des heures supplémentaires et des services adaptés pour la circonstance.

Quid des heures supplémentaires des personnels administratifs, techniques et d’insertion et de probation ? Ah oui, évidemment, comme on ne leur paie pas les heures et qu’on leur écrête dès que possible, on n’en parle pas, c’est plus facile. Serait-ce là aussi la politique de l’autruche ?

A tous maux un remède est appliqué, mais il est bon de savoir que l’on ne traite pas les maladies avec une médicamentation périmée et un diagnostic faussé par des croyances désormais superstitieuses qu’un Einstein à la chevelure hirsute ne saurait en trouver la formule tant elle est complexe.

Au lieu de vous attaquer à la source du mal, vous lui substituez d’autres causes, vous biaisez le diagnostic et vous propagez le virus, ce mal gangrène les ressources de nos établissements depuis un peu plus d’une décennie; c’est un déni de reconnaissance envers les personnels qui subissent ces objectifs successifs de management; c’est une offense faite à ceux qui triment tous les jours sur la coursive, on remarque là, la bassesse avec laquelle vous traitez l’humain dans la partie objective…

Alors comme des doctrinaires qui récitent leur leçon en tournant le dos à la réalité, vous vous obstinez à ne pas comprendre ce que peuvent ressentir les femmes et les hommes de cette institution, vous vous faites les garants d’une administration qui à tout bout de champ engrange de nouvelles missions sans prendre la réflexion et l’analyse des moyens humains et budgétaires que cela implique dans le temps…Vous ne faites que manier des idées, sans jamais les relier à la réalité du terrain.

Le clanique, vous le maîtrisiez jusqu’à présent mais ici où là, des fissures vont apparaître et laisser une brèche dans laquelle s’engouffreront certainement des gens responsables, des gens dont la pensée n’est pas aussi dogmatique que la vôtre et qui nous l’espérons ont encore une once de bon sens.

Les personnels pénitentiaires sont à bout de souffle, las de nager la brasse coulée que vous leur imposez depuis bien trop longtemps, leur système physiologique est devenu un lieu de méandres où se perdent parfois leur âme…

Et que dire de vos fiches sur les risques psychosociaux, est-ce pour vous donner bonne conscience dans les moments dramatiques, alors que vous considérez vos personnels comme de vulgaires boites de conserve que l’on manipule tel des manants serviles… ?

Oui à un service optimal, mais il va de soi qu’il n’est nullement question d’annihiler la vie familiale des personnels en usant de platitude chronique, cessez donc de conjurer l’existant et prenez vos responsabilités comme il se doit, ou bien gare à la chute… !!!

Attention  quand on néglige la base, l’édifice s’effondre !

LA GENESE DE L AUSTERITE

 

Related posts