UR de Dijon – « LES RATS D’EAU DE LA MEDUSE !!! »

Les Personnels de Direction revendiquent de plus en plus la difficulté qu’ils ont à exercer leurs missions, la situation catastrophique de leur structure en termes sécuritaires et matériels, et vont même jusqu’à évoquer pour leur « caste », la souffrance au travail… Comique quand on sait l’intérêt qu’ils portaient à ce sujet quand il concernait leurs Personnels !

Il semblerait que  la profession de Directeur Pénitentiaire soit, elle aussi, sinistrée. Il manquerait 53 Directeurs et que plus d’une centaine d’autres auraient quitté le Titanic Pénitentiaire, depuis quelques années,  pour aller voir dans d’autres administrations si l’herbe était plus verte… La seule solution trouvée par les Chefs d’Etablissements  pour redresser l’Institution est donc la fuite !!!

Sans blague !!!

Depuis de nombreuses années, l’UFAP dénonce cette politique pénitentiaire, qui n’a comme finalité que de donner encore plus de droit et de pouvoir à la population pénale, et les premiers qui en rigolaient pleurent aujourd’hui leur autorité ? Parce qu’ils n’ont même pas été foutus de comprendre qu’enlever les moyens à leurs Personnels et à leur encadrement finirait, à terme, par ruiner leur propre autorité !!!

Pourtant, lorsque le plan de maîtrise a été mis en place, les objectifs de chute des heures supplémentaires imposés, les modes dégradés mis en place, les organigrammes revus à la baisse, combien de Chefs d’Etablissements se sont rebellés ?

Les Directeurs d’Etablissements souffrent de la baisse des budgets ? Ils en souffraient beaucoup moins, alors que l’UFAP dénonçait déjà cette gabegie financière, quand chacun d’entre eux y allait de son petit objectif annuel inutile, pour mieux toucher sa grosse prime en fin d’année ! A qui sa petite ouverture de salon familial, à qui la création d’un mirador qui ne sert à rien, à qui la création de postes fixes à gogos, aucun d’entre eux ne s’inquiétait à l’époque de foutre l’argent public par les fenêtres, argent qui manque cruellement aujourd’hui !!!

Et pour les plus intelligents d’entre eux (ou les moins idiots, c’est selon…) qui ont mis les voiles, combien se sont fait casser parce qu’ils avaient eu l’outrecuidance de contester une politique pénitentiaire destructrice et quasi dictatoriale? Car il y en a eu, pas assez, mais il y en a eu… Mais la machine Dapienne les a écrasés.

Comme elle tente aujourd’hui d’écraser les Personnels et leurs Représentants, pour mieux continuer sa marche en avant vers la privatisation totale, et l’asservissement définitif des Personnels de tous corps !

Mais là encore, comment plaindre ces gens, ceux-là même qui continuent de mettre en application des directives qui ruinent la santé et les conditions de travail de leurs Agents, et le fonctionnement même des établissements dont ils ont la charge ?

Et pour les Chefs  d’établissements qui n’ont pas encore quitté ce navire qui coule, à qui la soumission semble plaire, qu’ils continuent de suivre les consignes occultes de la Directrice de l’Administration Pénitentiaire, dont le but est d’éteindre le dialogue social. Les tentatives d’intimidation récentes, qui visent à mettre des demandes d’explication aux secrétaires locaux sur des tracts syndicaux comme a pu le connaître notre Camarade Thomas à la M.A. de Dijon, ou à essayer de déstabiliser Philippe, notre élu local à la M.A. de Bourges, sont d’une bassesse révélatrice ! Et honnêtement, il en faudra un peu plus pour nous intimider !!!

Le jour où les Directeurs auront compris que les contestations ou demandes syndicales servent d’abord le débat démocratique et le bon fonctionnement de leur structure, ils seront sans doute moins enclins à scier la branche sur laquelle ils sont assis… Car si un jour le fantasme caché de la D.A.P. voyait le jour, à savoir la mort des Organisations Syndicales et donc, l’asservissement et le « muselage » total des Personnels, ils ne tarderaient pas à subir le même sort…

Même la Direction Interrégionale de Dijon, pour laquelle les mots dialogue social semblait vouloir dire quelque chose, semble avoir plié.

A moins que la Direction Interrégionale de Dijon n’ait reçu les mêmes directives que celles de Marseille, à savoir ne plus remonter à la D.A.P. les difficultés des établissements de la Région, ni les difficultés individuelles des Agents de tous corps !!! Ou que certains membres de la Direction Interrégionale, ayant l’ambition d’arriver coûte que coûte « aux manettes » lorsqu’ils étaient Chefs d’Etablissement, et y étant parvenus, ne viennent parasiter le dialogue social volontairement… Et ce, dans le seul but de prêter allégeance à la politique de la « Reine Mère » Dapienne, pour de vils objectifs carriéristes personnels !

Ceux-là, qui pour le coup pourraient fuir sans que nous les pleurions, ont déjà vendu leur âme, voire pire, au diable et sont prêts à laisser crever les Personnels !

L’Union régionale UFAP-Unsa Justice de Dijon, tout comme l’ensemble des Personnels, ne choisira pas la fuite, et préférera le combat !

La mobilisation sans précédent des Personnels qui s’annonce marquera les esprits et un coup d’arrêt à la « méthode Gorce » ! Et les Directeurs Pénitentiaires  feraient bien de s’en inspirer !!!

Pour l’Union Régionale UFAP UNSa Justice

DIJON, le 21 septembre 2015

Le Secrétaires Généraux

Thierry CORDELETTE

Franck GEOFFRAY

Maxence GALLOIS

Angui ANASSE

Tract UR Dijon – rats d eau de la meduse

 

 

 

 

 

 

Related posts