dimanche 29 novembre , 2020

UR de Dijon – « VOYEURISME OU AMATEURISME!!! »

Le jeudi 26 mars 2015, notre copain Stéphane était retenu en otage pendant 6 heures sur la Maison Centrale de Saint Maur, et finalement relâché après intervention sur le site des services du RAID et de ses négociateurs.

Durant ces événements difficiles, les Personnels présents avaient la surprise de voir aller et venir un cameraman.  Persuadés dans le « feu de l’action » que ce personnage appartenait aux services de Police, nous apprendrons avec stupeur dès le lendemain que cet individu était, en fait, un journaliste !

Et oui, vous lisez bien !!!

Ces braves gens introduits par les Policiers du RAID, avec toutes les autorisations nécessaires, ont donc filmé la totalité des événements du soir… puisqu’ils étaient autorisés par le Ministère de l’Intérieur à suivre les négociateurs de cette unité d’élite sur une année.

Lors de la CAPI, tenue en présence du Directeur Interrégional, le 16 avril 2015, les représentants de l’Union régionale UFAP interpellaient ce dernier sur le manque de déontologie et les risques que pouvait avoir ce type de reportage, et qu’il était impératif qu’il ne soit jamais diffusé…

Il nous a alors été répondu que les services de la Direction de l’Administration Pénitentiaire avaient été informés et avaient pris toutes les dispositions nécessaires pour que la diffusion n’ait pas lieu.

Alors imaginez la surprise de notre camarade Stéphane et de sa famille, celle des Personnels de la Maison Centrale de Saint Maur, lors de la diffusion de ces images lors de l’émission  « 7 à 8 » de dimanche soir, sur TF1 !

Surtout que le premier intéressé, à savoir le collègue pris en otage, n’en était même pas informé !

Nous connaissons les « qualités » de communication de l’Administration Centrale, donc même si le procédé est proprement scandaleux, il n’est malheureusement pas nouveau… Pour illustration, la Garde des Sceaux appellera personnellement notre Collègue pour prendre de ses nouvelles, alors que la Directrice de l’Administration Pénitentiaire lui fera passer une pauvre lettre type une semaine plus tard… Et elle espère de nous un semblant de respect !!!.

Par ailleurs, notre ami Stéphane attend toujours que la Directrice de l’Administration Pénitentiaire prenne de ses nouvelles…

Hormis le côté misérable de tout cela, restent quelques interrogations :

Puisque les services communication de la DAP avaient été avertis, pourquoi ce reportage a-t-il été diffusé tout de même ? Y avait-il vraiment volonté de blocage de l’émission ?

Même si le Ministère de l’Intérieur avait autorisé les journalistes à être présents dans toutes les interventions du RAID, ce cas devait d’office être soumis à réflexion sur l’opportunité de filmer les locaux, les méthodes, et les personnels sans leur demander quoi que ce soit !!!

Gageons que si demain, la Garde des Sceaux nous autorise à manifester à poil, place Vendôme, contre la politique « Gorcienne », les services d’ordres du Ministère de l’Intérieur ne mettront pas 3 jours à statuer sur le fait que cela enfreint certaines règles, et à réagir immédiatement, et ce, même avec des autorisations Ministérielles en notre possession!!!

Enfin, histoire là aussi de donner un sens concret au mot minable, ce qui suit nous fait naviguer entre la nausée et la révolte !.

L’adjoint au Directeur Interrégional, présent le soir de la prise d’otage, et faisant partie de la cellule de crise, est venu chercher notre Collègue Stéphane, à peine libéré, pour lui demander : « venez parler à la caméra, c’est pour le Ministère » !

Comment peut-on, là aussi, imaginer une seconde qu’un représentant de l’Institution puisse cautionner, dans ces moments traumatisants pour la personne retenue durant 6 heures de suite, qu’une des premières actions de prise en charge soit de le faire témoigner devant des caméras de télévision !!!

De surcroît en prétendant que les éventuels propos sont à destination du Ministère ! Lequel ? Celui du voyeurisme, du carriérisme ou celui de l’incompétence ?

Et est-ce que si notre collègue avait témoigné « à chaud », sous le coup du traumatisme, et dit des choses qui auraient pu lui être  reprochées, l’adjoint au Directeur Interrégional lui aurait-il remis lui-même une demande d’explication ?

La mode de la « téléréalité » est-elle en train de gagner la Pénitentiaire ?

Faut-il être à ce point en mal de reconnaissance médiatique, ou tenter de faire passer le détenu pour un pauvre malheureux pour mieux passer la politique actuelle, pour aller jusqu’à utiliser les médias dans ce genre de circonstances ?

A quand les revendications du preneur d’otage en « live » ?

Avec le vote du public pour savoir si l’Administration les accepte !

Et notre copain Stéphane dans tout ça ?

Quelqu’un s’est-il inquiété de savoir si la diffusion pouvait lui rappeler de mauvais souvenirs, tout comme à sa famille ? Il y a sûrement de meilleures méthodes pour se reconstruire…

Et puisque les services communication de la DAP sont à ce point en mal de sensationnel, comme d’autres à priori, nous tenons à leur donner une idée…

Lors de la prise d’otage, les premières dépêches de la presse faisaient état d’un surveillant brigadier pris en otage. Comme Stéphane n’est pas brigadier, vous pourriez convoquer la télévision pour la cérémonie de passage au grade de brigadier en remerciement du dévouement et du courage de l’agent…

En effet, il y a bien un mode dégradé au sein de l’Administration Pénitentiaire, c’est le mode de fonctionnement et de sa dirigeante, et certains de ses sbires tel que cet adjoint interrégional.

Comme disait Coluche : « la morale, …. ces gens là s’arrangent avec ! »

Les Secrétaires Généraux

T.CORDELETTE / A. ANASSE

F. GEOFFRAY / M. GALLOIS

voyeurisme ou amateurisme

 

Related posts