vendredi 25 septembre , 2020

UR de Lille – CDC -Délégation dans les structures de la région de Lille

L’UFAP-UNSa Justice, représentée dans sa délégation par le Secrétaire National de la Filière Corps de Commandement L. DUCCESCHI, les Secrétaires Généraux de l’Union Régionale, O.OBRY, J. DOYHENARD, est restée, dans le cadre de ses déplacements dans les différents établissements de la DI de Lille, fidèle à ses engagements tenant à maintenir la proximité et assurer notre soutien à nos collègues et plus particulièrement ceux du Corps de Commandement.

Durant ses visites, la délégation n’a eu de cesse lors de ses échanges, d’accompagner nos collègues dans leurs démarches visant le respect ou le rétablissement de leurs droits et continueront à les défendre comme nous l’avons déjà fait au travers de la politique des attributions de NAS et les logements de fonction au HAVRE, l’organisation de travail ou encore le partage des idées, ambitions et revendications.

Dans notre tournée, nous aurons pu rencontrer nos collègues de la DISP (Pôle ACP, ARPEJ, Sécurité, Renseignement, etc..), CP LE HAVRE, SEQUEDIN, LIANCOURT, BEAUVAIS et pour terminer ANNOEULLIN.

En ce qui concerne la DISP, et pour les services que nous avons visité, notre délégation était attendue. Conscient des difficultés que nos collègues rencontrent, il est vraiment temps que l’AP face un coup de force pour rendre notre institution crédible et rester dans la digne course d’institutions dites de sécurité.

En effet, l’Administration Pénitentiaire qui se précipite dans les commandes politiques sans en avoir totalement les moyens, riche d’ambitions mais sans connaître déjà le fond des problèmes, elle met indéniablement en difficulté le quotidien des établissements. Pour être précis, les nouvelles missions sont mise en œuvre sans avoir déjà les ressources en Personnels et se servent sans vergogne sur la bête. Et lorsqu’ils sont existants, nos collègues attendent impatiemment l’élargissement des moyens matériels et législatifs pour remplir leurs devoirs afin de servir au mieux les services partenaires ou simplement la sécurité de l’état comme celles des citoyens de notre pays.

Bien loin du terrain, comment l’AP n’arrive- t-elle pas à établir de diagnostic propre de fonctionnement réel de ses services afin d’éviter le sur régime des agents ? Comment n’arrive-t-elle pas aussi à figer un nombre minimum d’agents dans ses services avec l’inscription d’organigrammes de référence ? l’ARPEJ par exemple. Il est surprenant que notre institution en service déconcentré fonctionne avec autant de personnels contractuels qui, du coup montre qu’elle ne peut aucunement assurer demain, par faute de budget, la continuité de ses missions et demandera encore plus à ceux qui restent, de la loyauté sans faille et de la présence gratuite jusqu’à leur épuisement.

Concernant les établissements dans lesquels l’activité est plus qu’intense, il est indéniable que le manque d’effectif accentue la fatigue, mais aussi la division des personnels les plus dévoués. Effectivement, le premier responsable d’établissement, comme au CP LE HAVRE, plombe l’organisation de travail et agit surtout pour ce qui le touche personnellement et non dans l’intérêt de l’établissement et de ses Personnels. Même, le partenariat qu’il se doit de faire exister avec les autorités judicaires et administratives montre à quel point l’AP n’est pas, au travers de lui, respectée ou qu’il a simplement échoué. Les agents victimes d’incidents devraient être un peu plus soutenus et non considérés pire que des voyous par celles et ceux qui représentent la justice.

Pour l’UFAP-UNSa Justice, malgré les vacances d’emplois, les Personnels doivent être mieux encadrés et soutenus par les gradés et Officiers dans les détentions. Il est inadmissible que la direction se détache de certaines obligations comme la gestion des ressources humaines et les remettent à un chef de détention qui ne peut tout faire et le détachera de fait de ses prérogatives premières. Excepté la supervision de l’organisation du service des agents, cette tâche doit revenir à un personnel de direction. Aussi, comme l’a déjà évoqué notre Organisation Syndicale afin d’éviter tous les travers dans lesquels certains peuvent s’engager involontairement faute d’absence d’orientation ou de positionnement adapté, il est temps que les officiers qui postulent et obtiennent les fonctions de Chef de Détention puissent bénéficier d’une formation d’adaptation à l’emploi. Le Chef de détention est le responsable de tous les Personnels en tenue, il doit avoir l’autonomie nécessaire pour les soutenir dans leur quotidien qui est en grande partie la détention, il doit régler, réguler la vie des services et non assurer une permanence dans les bureaux de la direction.

Cependant, la délégation de l’UFAP-UNSa Justice s’est bien rendu compte du fait que les officiers sont aujourd’hui de plus en plus mal traités. La DI, via certains Chefs d’établissements, met tout en œuvre pour que les nouvelles structures fonctionnent dès le départ de travers. L’organisation de travail au rabais imposée aux agents, la chasse aux heures supplémentaires même en cas d’insuffisance d’effectif sont l’exemple flagrant.

En ce qui concerne les officiers, les logements de fonctions auxquels ils ont droit sont simplement volontairement non attribués. Un scandale qui se vit désormais à ANNOEULLIN et BEAUVAIS.

Alors pourquoi l’arrêté s’applique-t-il seulement au Chefs d’établissements et à leurs adjoints ??

Les autres cadres seraient-ils de la m…. ?? 

L’UFAP-UNSa Justice saisi d’ores et déjà les services de la DAP afin que cette situation soit tranchée et qu’elle agisse au plus vite en faveur et pour l’intérêt des Personnels comme elle a pu le démontrer ailleurs.

L’UFAP-UNSa Justice, force de proposition et d’action, affirme son soutien aux acteurs de terrain que sont les Personnels Pénitentiaires tous corps et grades confondus et s’efforcera à ce que le droit soit  appliqué sur ces structures et que les agents soient mieux considérés.

L’UFAP-UNSa Justice, une présence quotidienne.

LILLE le, 29 Février 2016

P/ la délégation UFAP-UNSa Justice

Olivier OBRY

Julien DOYHENARD

delegation CdC lilles2016

Related posts