jeudi 01 octobre , 2020

UR de Lyon – Comité Interrégional de formation du 29 mars 2016

Le représentant de la DAP s’étant perdu dans le vieux LYON, la séance s’ouvrira sans lui et se terminera de la même manière puisqu’il s’éclipsait avant la fin… La représentante de l’ENAP était beaucoup plus ponctuelle mais personne ne lui en aurait voulu d’arriver en même temps que le premier en mettant à profit le temps perdu pour se caler une petite séance de cohésion  et ainsi nous épargner d’avoir à supporter leur jeu de ping-pong sur autant de questions qui resteront une fois de plus sans réponse ou encore renvoyées à une prochaine rencontre.

Outre l’approbation du procès verbal du CIF précédent, l’ordre du jour prévoyait un bilan des formations dispensées sur notre région

Un nombre d’heures de formation qui explose sur la DISP:

L’administration se félicite et re-félicite de ces chiffres avec un nombre d’agents formés en hausse et un nombre heures de formations qui explose le compteur du passé…L’UFAP Unsa Justice rappelle quand même à l’administration que nous avons eu près de 300 nouveaux personnels sur la région avec l’ouverture de RIOM et VALENCE ! !

L’administration annonce la mise en place de formations liées au plan de lutte anti terroriste.

L’UFAP Unsa Justice attend tout de même de voir ces formations car pour le moment, la population pénale profite bien de ce plan et plus particulièrement de ce financement avec du matériel de musculation et autres interventions multiculturelles. 

Sur la gestion et prévention de la violence, la responsable de l’URFQ regrette le peu d’intérêt des personnels envers ce type de formation.

Sur ce sujet, l’UFAP Unsa Justice demande à l’administration et plus particulièrement à la Direction Interrégionale de Lyon de bien vouloir balayer devant sa porte car on ne peut que constater la gestion catastrophique de la D.I.S.P en terme de réactivité post agression pour les personnels qui en sont les victimes directes ou indirectes ! !  

Sur la prévention du suicide, nous sommes en bout de course, la quasi-totalité des agents seraient maintenant formés. L’UFAP Unsa Justice demande si la formation se traduit par une baisse des suicides… ? C’est non ! Au vu des chiffres qui sont orientés à la hausse cette dernière année mais à en croire la Directrice Interrégionale, on ne peut pas mesurer l’efficacité de cette formation au nombre de détenus qui se suicident. 

Sur le nombre de formations proposées, l’UFAP Unsa Justice souligne que des agents, plus particulièrement de détention, n’ont pas accès à un poste informatique leur permettant de s’inscrire à des concours, unités de valeurs ou autres formations. Plus grave encore, les informations par messagerie ne leur parviennent pas ! Certes, ils disposent bien d’une adresse de messagerie mais la possibilité de la consulter est inexistante ou si rare que leurs boites sont saturées, donc bloquées  ! ! !

Mme Hanicot préconise la solution des bornes installées sur les établissements… On peut remercier la directrice pour cette remarque qui dénote d’une méconnaissance malheureusement chronique des difficultés du terrain.

L’UFAP Unsa Justice lui explique que ces bornes sont installées dans des zones de fortes fréquentation, qu’elles sont peu conviviales à utiliser et d’une lenteur de fonctionnement dissuasive, ceci d’autant plus qu’il n’est pas prévu de pouvoir les consulter autrement qu’en station debout, qui plus est en dehors des heures de service contrairement à l’ensemble des autres personnels.

L’UFAP UNSa JUSTICE propose comme solution de mettre à disposition dans les salles de repos un ou plusieurs PC, ce qui serait un moindre mal pour commencer.

 Des formations obligatoires annulées ?

L’UFAP Unsa Justice plombe une nouvelle fois la bonne ambiance de ce CIF en demandant pourquoi sur certains établissements, outre le fait d’économiser des heures en découvrant de manière catastrophique et dangereuse de nombreux postes », des chefs d’établissements n’hésitent pas à tout simplement annuler des sessions de formations obligatoires à des fins économiques !?

Mme Hanicot semble plutôt embarrassée par cette question et rappelle que les formations obligatoires sont obligatoires et ne peuvent être annulées…( Décidément, c’est la journée des remarques pertinentes).

Par ailleurs, elle semble ignorer qu’au Centre Pénitentiaire de Saint Quentin Fallavier, il est imposé aux agents de se rendre à des séances de Sophrologie, rémunérées celles là en heures supplémentaires.

Les élèves et stagiaires, une variable d’ajustement ?

L’UFAP Unsa Justice dénonce une nouvelle fois le vol manifeste d’heures concernant les élèves et stagiaires sur nos établissements de la région ! !

En effet, on constate que ces derniers arrivent sur nos établissements avec un nombre d’heures négatives important, et pour en rajouter, l’administration n’hésite pas à les planifier le mois suivant à -15H ou -20H afin de faire travailler ces derniers pour la gloire par la suite…

La réponse de Mme Hanicot est cette fois-ci pertinente, elle déclare qu’elle a demandé aux planificateurs que les élèves se rapprochent le plus possible de leur exigible. (c’est tout de même la moindre des choses ! ! ! )

Les formateurs rebondissent et expriment à leur tour leur désapprobation expliquant à l’assemblée que le service DIOS de la DISP a osé préconiser dans un message adressé aux agents Origine de planifier les élèves en 6+1. La Directrice Interrégionale bien ennuyée répondra qu’elle va demander de mettre un  terme à cette pratique. 

Dialogue de sourd ou dialogue « pur politicard » :

Face aux formateurs totalement désabusés, s’en sont alors suivis des échanges stériles entre l’administration régionale et les représentants de la DAP et de l’ENAP incapables de répondre concrètement aux questions et/ou demandes d’arbitrage pour lesquelles ils se renvoient la responsabilité d’un CIF à un autre. C’est ainsi que se terminera cette séance de « ping-pong ». Une mascarade qui se termine toujours par quelques promesses de notes en cours de rédaction et autres cadrages à venir sur des sujets aussi importants que les pompiers volontaires pouvant exercer comme formateur incendie, le transport des A.R.I., les monitorats délocalisés à l’ENAP et non sur nos établissements, le tutorat, etc. . .

Les formateurs abandonnés à leur sort continuent à naviguer à vue !

Lyon, le 29 mars 2016

Les représentants au Comité Interrégional de Formation

A.BERNARD / A. CHEVALLIER/ D.RAYMOND/ S ROYERE/ G.SCHREIBER / A. SANNIER

CR CIF UFAP 29 mars 2016

Related posts