lundi 17 juin , 2019

UR de Lyon – ERIS DE LYON – Après les provocations, les sanctions !!!

De la DAP à la DISP, nos dirigeants enchainent provocations puis sanctions à l’encontre d’agents ERIS qui sur prescription médicale se trouvent en arrêt maladie.

Si notre institution dispose du pouvoir de faire contrôler les agents malades, elle ne dispose pas de celui de juger à la place d’un médecin de la qualité de sa prescription.

C’est pourtant ce qui se produit actuellement puisque sans se préoccuper des avis médicaux, après les personnels de la MA Clermont Ferrand, La Directrice de l’AP et son amie la Directrice interrégionale des services Pénitentiaires de Lyon sanctionnent par 3 jours d’exclusion avec sursis les agents de l’ERIS.

Comme elles n’ont rien à se mettre sous la main pour justifier des sanctions individuelles distribuées à la pelle, elles brandissent comme justificatif le statut spécial comme une baguette magique leur donnant le pouvoir d’être plus médecin que le médecin lui-même. 

Quel serment ces deux là ont-elles prêté ?

Les agents de notre institution sont malades car la manière dont ils sont traités rend malade… Mais peu importe,  tête baissée nos dirigeants les sanctionnent sans garantie disciplinaire puis les rabaissent en leur écrivant qu’ils sont indignes de la confiance qui a été placée en eux.

Quoi de mieux pour ajouter à la fatigue généralisée un sentiment de profond dégout. C’est méprisant vis à vis de ceux dont elle dit qu’ils appartiennent à un corps d’élite !

C’est sûr qu’après un tel coup, les ERIS vont se sentir mieux  ! 

Pour l’UR UFAP de Lyon, il est inadmissible de voir de tels procédés prospérer !  D’ailleurs, la DI de Lyon ne s’est pas gênée en CAPI pour demander aux élus quel était selon eux l’avenir des ERIS au sein de notre institution. Cette manière ironique de sous entendre qu’il pourrait ne pas y en avoir nous a paru pour le moins d’une ambiguité méprisante. 

Nous ne savons trop à quel jeu jouent ces bonnes amies (DI, DAP), mais qu’elles sachent que l’UFAP UNSa Justice accompagnera les collègues sanctionnés afin de les rétablir dans leurs droits. 

Si l’envie de sanctionner est plus forte que l’envie de dialoguer, qu’elles commencent par s’occuper des insultes, des menaces, des agressions et prises d’otage dont leur personnel est de plus en plus régulièrement victime.

2015.09.25 Tract sanctions ERIS de Lyon

                                 

Related posts