lundi 19 octobre , 2020

UR de Lyon – Lettre ouverte à Madame la Directrice Interrégionale

LETTRE OUVERTE

Madame la Directrice Interrégionale,

L’UFAP-Unsa Justice a bien pris note de votre demande de rencontre avec les organisations professionnelles représentées aux CTS des SPIP de l’Inter région Rhône-Alpes Auvergne.

La première rencontre doit avoir lieu ce lundi 29 juin 2015 mais l’UFAP-Unsa Justice, 1ère Organisation professionnelle de l’administration pénitentiaire et du ministère de la Justice, ne sera pas présente à cette réunion.

Ce type de réunion fourre-tout des syndicats n’existe pas pour les établissements pénitentiaires dont les nombreuses missions et contraintes, tout comme celles des SPIP sont examinées dans un cadre légal de concertation qui se nomme le Comité Technique Interrégional. Les textes ne vous permettent en aucune manière de concerter des Organisations syndicales NON REPRESENTATIVES REGIONALEMENT sur des questions de fonctionnement des services, quand bien même des SPIPS. Seuls des groupes de travail avec les représentants des Organisations représentatives en Inter région est possible ou alors, il faut que vous organisiez, justement, ces réunions/GT au plus près de leur représentativité si vous souhaitez notamment que certaines Organisations syndicales, seulement représentatives dans certains SPIPS, puissent débattre dans un cadre légal. Sinon, nous ne comprenons pas pourquoi le législateur n’a pas officiellement créé un CTI-SPIP comme il a su si bien le faire nationalement !

Vos réunions interrégionales telles que vous les proposez n’ont donc pas lieu d’exister et vous ne devriez avoir des débats sur les fonctionnements qu’avec les représentants des syndicats élus démocratiquement par les personnels !

Par ailleurs, nous craignons qu’à l’image des pratiques actuelles de Mme GORCE et vous-même, il ne puisse s’agir d’un vrai dialogue social mais plutôt d’une information sur vos objectifs et ceux de la directrice de l’administration pénitentiaire sans réelle concertation avec les syndicats.

Pour vous montrer que l’UFAP-Unsa Justice est à même de DEBATTRE LEGALEMENT des questions que vous évoquez, nous vous faisons part ci-après de quelques unes de nos réflexions.

Sur la présentation du programme parcours « court » et des différentes grilles d’évaluation, cela peut très bien se faire dans les différents services.

L’UFAP-Unsa Justice ne conteste pas la plus value que peuvent apporter l’utilisation de ces outils en entretien et dans le cadre de la prise en charge individuelle ou collective des PPSMJ. Elle souligne néanmoins, le côté chronophage que cela peut avoir dans des services pour la plupart en sous effectif.

L’UFAP-Unsa Justice ne peut que saisir cette occasion pour demander une nouvelle fois la mise en place d’organigrammes en SPIP reflétant la réalité des effectifs.

Nous vous interpellons également sur la mise en œuvre difficile de la contrainte pénale et de la libération sous contrainte dans les SPIP en raison de charges de travail importantes et de délais contraints.

Par ailleurs, des psychologues SPIP ont été recrutés pour participer au CPI. L’UFAP-Unsa Justice déplore que leur arrivée n’ait pas été plus travaillée et anticipée. Leurs fiches de poste n’étant pas suffisamment claires, il leur a été difficile de trouver du sens à leur travail et leur place au sein des SPIP. Le fait que beaucoup aient démissionné ou n’aient pas souhaité renouveler leur contrat est révélateur de dysfonctionnements dans leur accueil et leur intégration.

Enfin, de nombreux stagiaires pré-affectés seront accueillis dans les services de la DI de LYON,  l’UFAP-Unsa Justice juge inacceptable que les stagiaires servent à combler le manque de ressources humaines et soient en charge d’un effectif complet comme un agent titulaire. L’UFAP-Unsa Justice réaffirme son opposition au système de pré-affectation qui ne met pas nos collègues stagiaires dans des conditions d’apprentissage adéquates.

C’est pourquoi, l’UFAP-Unsa Justice estime qu’il y a pour l’instant des problèmes prioritaires à résoudre et à aborder concernant les SPIP au sein des instances de concertation avec les Organisations syndicales représentatives.

En l’attente de voir cesser ce déni de démocratie, veuillez agréer, Madame la directrice interrégionale, l’expression de notre dévouement aux personnels que nous représentons.

Pour l’UR/UFAP-Unsa Justice de Lyon,

Pascal ROSSIGNOL

Héléna COLLINET

LO DI Lyon sur rencontre 29.06.2015

 

 

Related posts