UR de Paris – CDC – Délégation sur les établissements Franciliens

Du 5 au 12 janvier 2016, la délégation UFAP-UNSa Justice représentant le Corps de Commandement s’est déplacée sur plusieurs établissements de la DISP de Paris.

Le constat est accablant tant que nos penseurs de la DAP piloteront des projets à distance et de manière aveugle sans prendre en compte les problématiques du terrain. Nous sommes condamnés à exercer nos missions avec des moyens inadaptés et dans un contexte de grande médiocrité.

En termes de gestion, la DAP s’est surpassée !!! 

En effet, le programme de rénovation d’établissements et la mise en œuvre des unités dédiées supprimeront pas moins de 2500 places d’accueil de PPSMJ :

Le D4 à Fleury recevra désormais les détenus du CJD qui sera fermé pour rénovation. Additionnée à cela, l’ouverture des unités dédiées (Fresnes, Fleury, Osny) pour lesquelles l’encellulement individuel est obligatoire, sans oublier la réfection de la Maison d’arrêt de Paris la Santé.

La schizophrénie Dapienne n’a pas de limite…. 

D’autant qu’en ce qui concerne les nouvelles dispositions relatives à la gestion des détenus dits « RADICAUX », cette politique essuie déjà des échecs sur le plan communication entre les responsables de la DAP et la magistrature (quelles sont ces unités et on y fait quoi et comment ???). Mais commande politique oblige et rien d’autre….

Concernant les conditions de travail des Personnels du Corps de Commandement, le bilan des vacances de postes est catastrophique, du jamais vu. Rien que sur la région parisienne, c’est à minima une promotion de près d’une trentaine d’agents manquants.

L’Administration Pénitentiaire se doit de mettre en urgence une mesure à combler au plus vite les effectifs d’officiers. A titre d’exemple (14 vacances de postes sur Fleury-Mérogis, 7 vacances de postes à Fresnes), absences de lieutenants du Renseignement Pénitentiaire sur bon nombres d’établissements (MA Osny, MA Nanterre, MA Villepinte, MC Poissy, etc.…).

Après avoir rencontré les personnels du corps de commandement sur les différentes structures, nous avons constaté une gestion et une considération particulière en matière d’attribution d’IFO :

Pour rentrer dans le vif du sujet, nos collègues positionnés sur des missions transversales et assurant des obligations d’astreintes se doivent d’obtenir une IFO afférente à un encadrant en détention.

Il est inconcevable qu’un officier d’astreintes qui traite les incidents et encadre les Personnels et gère la PPSMJ soit sous évaluer en termes indemnitaire. De par notre argumentation, les chefs d’établissements ont été sensibilisés, et en accord avec nos explications.

Bien que nos requêtes ont été évoquées avec les dirigeants de la DAP, qu’elles aient été ensuite relayées par nos représentants syndicaux à l’autorité régionale, ces dispositions doivent être reconnues comme une solution juste et équitable.

L’UFAP UNSa Justice espère une mise en œuvre  rapide qui fera preuve d’une reconnaissance minimale.

L’UFAP UNSa Justice continuera d’œuvrer dans l’intérêt du Personnel du Corps de Commandement.

Paris, le 21 janvier 2016

Pour l’UFAP-UNSa Justice

le secrétaires régionaux

Tract corps de commandement

Related posts