UR de Rennes – US -L’AIR NE FAIT PAS LA CHANSON

Nous avions perdu l’habitude sur notre interrégion de nous agresser verbalement ou par voie de tract entre Organisations Professionnelles responsables, mais les deux tracts de FO interrégional sont un tel tissu d’énormité, que ni l’UFAP-Unsa Justice et ni la CGT Pénitentiaire, ne peuvent rester muets, car les  boniments, ça suffit et il est donc grand temps d’y mettre un  terme. 

Rappelons le contexte, en préambule du CTI du 01 mars dernier, FO a lu une déclaration liminaire évoquant, notamment, les deux points que sont la surpopulation pénale et le service de nuit (3 ou 4 agents) dans les petites structures (voir les 2 tracts FO du 9 mars 2016).

A la fin de la lecture de la déclaration liminaire,   par méconnaissance manifeste des règles qui régissent le CTI,   le lecteur de Force Ouvrière, qui n’est d’autre que le secrétaire interrégional, a demandé au Président un vote sur ces deux points.

Bien évidemment, ni l’UFAP-Unsa Justice, ni la CGT Pénitentiaire n’ont, comme il l’indique dans ses tracts, réagi et accompagné cette demande farfelue et pour cause : Il est réglementairement impossible de porter au vote des points qui ne figurent pas à l’ordre du jour d’un CTI, et encore moins des points issus d’une déclaration liminaire.

Pourquoi l’UFAP-Unsa justice et la CGT Pénitentiaire n’ont-elles pas répondu ? C’est simple : une déclaration liminaire est adressée à la Direction et non aux partenaires sociaux, mais ce point a manifestement échappé à Emmanuel BAUDIN qui est plus enclin à demander des comptes aux Organisations Professionnelles, plutôt qu’à ses amis directeurs, encartés, comme lui, à Force Ouvrière.

Alors maintenant, cet opportuniste cherche par tous les moyens, et notamment en avançant un lot d’arguments venant de ses fantasmes les plus noirs, à discréditer nos deux Organisations Professionnelles et leurs Représentants. Méfiez-vous de cette personne car l’air ne fait pas la chanson autrement dit, l’apparence n’est pas la réalité.

A l’inverse de FO interrégional, et cela s’est vérifié sur  bon nombre de dossier,   l’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire travaillent de manière réfléchie et de concert, en s’appuyant sur la connaissance  des secrétaires locaux qui, mieux que personne, savent en argumentant  de ce qui est positif, ou à éviter, pour le bien être et les conditions de travail des collègues de leurs établissements.

Alors effectivement, selon les établissements, chaque site a sa « personnalité », sa manière de fonctionner, nous serons  amenés à moduler nos revendications, toujours pour le mieux être des personnels au travail. Notre priorité, les agents et rien que les agents !!!

Pour conclure, si FO interrégional approfondissait  davantage la connaissance et l’historique de ces dossiers, alors ces 2  tracts n’auraient jamais vu le jour !

Les Secrétaires Interrégionaux

UFAP-UNSa Justice & CGT Pénitentiaire

Le 11 mars 2016

Related posts